Ecoutez Radio Sputnik
    Politique

    Vladimir Poutine interrogé sur les extraterrestres

    Politique
    URL courte
    0 246
    S'abonner

    Lundi, les journalistes du quotidien "Komsomolskaïa Pravda" ont demandé à Vladimir Poutine de commenter les bruits selon lesquels les présidents seraient initiés, après l'inauguration, au mystère de l'existence des extraterrestres et que son homologue américain, George W.Bush, posséderait des chambres secrètes où l'on pouvait voir des extraterrestres en hibernation.

    Lundi, lors d'une rencontre de Vladimir Poutine avec les journalistes du quotidien "Komsomolskaïa Pravda", ceux-ci lui ont demandé de commenter les bruits selon lesquels les présidents seraient initiés, après l'inauguration, au mystère de l'existence des extraterrestres et que son homologue américain, George W.Bush, posséderait des chambres secrètes où l'on pouvait voir des extraterrestres en hibernation.

    "Je ne prends pas de boissons fortes... Quand j'étais aux États-Unis, mon ami le président américain ne m'a invité dans aucune chambre secrète, et lui non plus, dit-on, ne boit pas. C'est absurde, personne n'initie personne dans quelque mystère que ce soit", a répondu Vladimir Poutine.

    "Pour ce qui concerne la défense, les services secrets et les armements spécifiques, on en raconte les secrets, on organise des exercices et on rencontre des responsables militaires", a-t-il avoué.

    "Quant aux OVNI, ce sujet n'existe pas à l'ordre du jours du président et du gouvernement", a-t-il dit.

    Naturellement, certains journalistes ont évoqué les problèmes des médias. Le président a avoué qu'il était tantôt fâché tantôt reconnaissant pour les critiques.

    "Tout peut arriver. Je me fâche parfois, mais cela dépend de l'essence et de la forme des critiques. Souvent, ces critiques sont commanditées, et j'en connais les commanditaires", a-t-il dit.

    M.Poutine a indiqué qu'il était reconnaissant pour certaines critiques qui lui permettent même de réviser ses approches.

    Les journalistes n'ont pas manqué d'évoquer la récente victoire du CSKA Moscou à la Coupe de l'UEFA. Les journalistes lui ont demandé s'il savait ce que l'entraîneur en chef de l'équipe, Valéri Gazzaïev, avait chuchoté aux joueurs après la première mi-temps, à Lisbonne, quand les Portugais menaient 1-0.

    "Je pense que beaucoup de ce qui a été dit relevait du langage non conventionnel, a répondu M.Poutine, souriant. Moi-même, j'ai fait du sport pendant toute ma vie, et j'en ai entendu plein de la bouche de mes entraîneurs, c'est ce qu'on dit notamment quand le sportif s'incline".

    "Ceux qui affirment que l'essentiel est de participer n'ont pas les reins assez solides. Pour cela, il existe la culture physique, les cours de sports à l'école. Mais dans le sport professionnel, c'est le résultat qui compte", a estimé M.Poutine.

    "Dans la politique, c'est pareil. Dans la vie, cela doit également être ainsi", a-t-il résumé.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik