Ecoutez Radio Sputnik
    Politique

    Sanctions de l'UE: pas de menace pour l'économie de la Crimée

    Politique
    URL courte
    Référendum en Crimée (2014) (417)
    0 11

    L'interdiction pour les pays de l'UE d'importer des marchandises en provenance de Crimée ne menace pas l'économie péninsule, a déclaré mardi le président du Conseil d'Etat (parlement) local Vladimir Konstantinov.

    L'interdiction pour les pays de l'UE d'importer des marchandises en provenance de Crimée ne menace pas l'économie péninsule, a déclaré mardi le président du Conseil d'Etat (parlement) local Vladimir Konstantinov.

    "Ils appliquent ces sanctions, mais il n'y a aucune menace pour l'économie réelle de la Crimée, il s'agit de pression purement économique sur la Russie, c'est évident pour tous", a indiqué le responsable dans une interview accordée à la chaîne télévisée RTR-Planeta.

    Selon lui, les hommes politiques européens ont confirmé leur attitude préconçue à l'égard de la Crimée, appliquant la politique du "deux poids, deux mesures".

    L'Union européenne a décidé d'interdire à partir du 25 juin l'importation de marchandises en provenance de Crimée. Dorénavant, les pays de l'UE ne pourront importer que les marchandises certifiées en Ukraine.

    L'UE a adopté ces mesures restrictives contre la Crimée suite à l'adhésion de cette dernière à la Russie, décidée lors du référendum tenu en mars.

    Lors du référendum sur le statut politique de la Crimée tenu le 16 mars dernier, 96% des participants au scrutin ont voté pour le rattachement de la péninsule à la Russie. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont décrété des sanctions contre la Russie après l'avoir accusé d'envenimer le conflit en Ukraine. Moscou  a à plusieurs reprises déclaré que le langage des sanctions n'était pas de mise avec la Russie.

    Dossier:
    Référendum en Crimée (2014) (417)

    Lire aussi:

    Les sanctions européennes visant la Crimée prolongées d'un an
    «La Crimée n'a pas peur des sanctions occidentales»
    La Crimée est prête à accueillir des étrangers et Kiev n'y pourra rien
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik