Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Pourquoi l’Etat islamique aurait-il intérêt à attaquer la Turquie?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    0 796241

    On pourrait dire que les actions de la Turquie ont souvent servi aux acteurs terroristes. Aujourd’hui, à la suite d’une attaque sur l’aeroport d’Istanbul qui a blessé au moins 147 personnes et tués au moins 36, les bénéficiaires ne semblent pas reconnaissants.

    INVITE: Antoine Sfeir est un journaliste et un politologue français d'origine libanaise. fondateur et directeur des Cahiers de l'Orient. Il préside également le Centre d'Études et de Réflexion sur le Proche-Orient (CERPO). Il préside l'ILERI (L'Institut Libre d'Etudes de Relations Internationales).

    Pour quelles raisons Daech attaque la Turquie?

    "M. Erdogan pensait redevenir le nouveau calife de l'empire ottoman, en donnant plus de pouvoir à la présidence, et Daech, qui s'est auto-proclamé califat, ne peut pas accepter que son califat soit contesté. Aussi, Daech s'en prend à ceux qui ne sont comme cette organisation. Enfin, Daech reproche à la Turquie d'avoir tari le pétrole que Daech était en train d'exploiter, qui aujourd'hui l'a appauvri et ruiné."
    Les rebelles syriens peuvent-ils être comparés à Daech?

    "Idéologiquement il y a une différence entre les rebelles et Daech, mais à l'arrivée c'est la même chose. Al Nosra est islamiste: ils cherchent l'islamisation par le haut en s'emparant des rouages du pouvoir, comme les Frères Musulmans et tous les mouvements qui en découlent. Daech est salafiste, et ne reconnait pas de frontières ni les états; tout le monde est sensé se soumettre à Dieu; c'est une islamisation par le bas."

    Quelle est la position de Poutine au Moyen Orient?

    "Les Tsars ont toujours voulu avoir des mers chaudes. Aujourd'hui la Russie a la chance d'y être. La Russie a 2 diplomaties: l'état russe et l'Orthodoxie; et M. Poutine a fait l'unanimité en s'autoproclamant, et en étant réellement, le défenseur de la Chrétienté en Orient. L'intrusion de la Russie dans les combats est un problème interne russe. M. Poutine, ni le peuple russe, n'ont envie de voir une nouvelle guerre de Tchétchénie se nourrir, et que les Daech ou les Nosra remontent vers la Russie et l'Oural; donc c'est pour défendre la frontière avant tout. De plus, la Russie était déjà présente dans la Méditerranée orientale, pourquoi ne le serait-elle pas encore?

    Pourquoi les pays occidentaux utilisent le devoir d'ingérence au détriment de la souveraineté et décident de qui va présider la Syrie? C'est du néocolonialisme.

    Les USA ont-ils des moyens de levier?

    "Il y a les voies d'acheminent du pétrole et du gaz; les USA essaient d'établir une alliance stratégique avec les Iraniens, les Israéliens et les Turcs, ce qui a rendu les 3 pays rivaux dans la relation avec les USA. Les exportations d'avions Airbus vers l'Iran sont limitées parce qu'ils sont faits à 10% de matériaux américains, tandis que les USA font un contrat de vente de 100 Boeing pour l'Iran. On empêche aussi les banques européennes de financer les contrats. On est en plein chantage. […] Le matériel américain est un prétexte. On assiste à une guerre économique larvée. Il n'y a qu'à regarder l'impatience quant à signer le TAFTA. C'est une dictature économico-financière vis-à-vis de l'Europe.

    Quelle est le rapport de force entre l'Iran et l'Arabie Saoudite?

    "Les deux ne sont pas sur le même niveau. L'Iran est une puissance incontournable; tandis que l'Arabie Saoudite reste une petite puissance régionale et elle sait qu'elle ne peut pas redevenir le Vatican de l'Islam sunnite. L'Iran a un avantage de taille: c'est un marché de 84 millions de personnes; ensuite sa situation géographique: l'Asie Centrale, le Caucase et le Moyen-Orient. Son économie est diversifiée, elle ne dépend pas d'une rente pétrolière (seulement 3% de l'économie iranienne)."

    Lire aussi:

    Syrie: et si la Russie n'était pas intervenue?
    Rohani à Moscou scelle l’alliance russo-iranienne
    Moscou et Téhéran en route vers la signature de contrats pétroliers
    L'Iran face à une crise régionale: vers qui se tournera-t-il?
    Assad: Daech, le Front al-Nosra, Washington, Paris et Riyad agissent de concert en Syrie
    Tags:
    Front al-Nosra, Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Méditerranée, Proche-Orient, Arabie Saoudite, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik