Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Les prochains meilleurs alliés de l’Occident en Syrie devraient inquiéter Pékin

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    0 71

    Le Président Américain Barack Obama fait souvent semblant que les rebels Syriens sont de grands alliés de l'Amérique en Syrie en se battant contre Daesh — même s'il n'en reste quasiment plus qui n'ont pas soit abandonné la cause ou bien fait défection pour rejoindre les groupes terroristes de la région.

    Ce qui veut dire qu'il serait en effet difficile de constater une différence importante entre les alliés soi-disant « rebelles » et les terroristes contre qui ils sont sensés se battre. Même si Daesh est finalement vaincu, pourrait-il y avoir de nouveaux mandataires du département d'État Americain en attente dans les coulisses pour combler le vide et causer plus de dégâts?

    INVITE : Pepe Escobar est chroniqueur pour Sputnik et RT TV et l'auteur de plusieurs ouvrages spécialisés. Né au Brésil, il est correspondant à l'étranger depuis 1985 et a vécu à Londres, Paris, Milan, Los Angeles, Washington, Bangkok et Hong Kong. Avant les attentats du 11 septembre aux États Unis, il était déjà spécialiste du Moyen-Orient, de la géopolitique et des guerres petrolières.

    Pourquoi le déplacement de ce chef militaire chinois en Syrie?

    « Une façon chinoise très discrète d'envoyer un message aux Américains […] Une filière Ouïghour travaille avec ces salafistes et djihadistes. Ils sont infiltrés par la CIA au Xinjiang, ils sont peu là-bas, il y a un nœud très fort en Turquie, cette filière Ouïghour est liée aux Turkmènes qui sont employés par la Turquie au nord de la Syrie. […] Ces groupes sont tous très interpénétrés, c'est une nébuleuse terroriste. »

    Quid de la politique étrangère Chinoise typiquement non-interventionniste ?

    « Les services chinois vont travailler avec les services syriens pour identifier où se trouvent ces Ouighours. L'objectif est très simple, c'est d'éliminer ces Ouighours, les empêcher de faire la ligne directe Syrie-Xinjiang après […] Pour les Ouighours, c'est de faire l'apprentissage sur un théâtre de guerre et appliquer tous ces savoir-faire dans l'indépendance du Xinjiang. C'est une ultra-minorité. »

    L'organisation discrète pour combattre le terrorisme

    « (L'OCS) C'est une organisation contre le terrorisme surtout pour empêcher les talibans et  la liaison directe entre les salafistes de l'Ouzbékistan et les talibans. Avec plus de membres […], c'est une organisation de sécurité mais aussi commerciale et politique. »

    Pourquoi ce décalage de philosophie et d'approche entre le Pentagone et le Département d'Etat américain ?

    « Il y a des factions armées par la CIA et des autres factions armées par le Pentagone qui sont en choc direct sur le théâtre syrien […] Il y a des factions clintonesques au Département d'Etat, une cellule néocon qui veulent un regime change à tout prix en Syrie […] »

    Est-ce que la stratégie de créer des proxy a changé ?

    « Ils n'ont pas de stratégie […] aujourd'hui il n'y a plus de Free Syrian Army ».

    Lire aussi:

    Un séisme fait 8 morts et détruit près de 1.500 bâtiments en Chine
    La diplomatie chinoise au cœur de la paix en Syrie
    Xi Jinping met en garde Trump contre les ventes d’armes à Taïwan
    Tags:
    Etat islamique, Barack Obama, Occident, Chine, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik