Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Hassan Rohani «a de très bonnes chances d’être réélu»

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    0 26729116

    L’élection présidentielle en Iran aura lieu le 19 mai prochain, l’occasion pour Sputnik de revenir sur les enjeux de ce scrutin lourd de conséquences pour la région. Rachel Marsden recevait ainsi François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran.

    Plus de 1 600 personnes se sont portées candidates à l'élection présidentielle iranienne, partagées réellement en deux camps relativement distincts: les religieux conservateurs incarnés par l'ancien président, Mahmoud Ahmadinejad et les réformateurs modérés portés par l'actuel président, Hassan Rohani.

    Selon François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran, le président sortant « a de très bonnes chances d'être réélu. Non pas qu'il n'ait pas des faiblesses, mais en fait il bénéficie surtout de la division des conservateurs, qui n'arrivent pas à s'entendre sur un seul candidat. » Mahmoud Ahmadinejad « est loin de faire l'unanimité dans le camp des conservateurs, car il s'entend très mal avec le Guide de la Révolution, avec les Pasdaran, les Gardiens de la Révolution… »

    Le bilan du président sortant est-il positif? La population iranienne n'est « pas enthousiaste à l'égard de Rohani, les gens lui reconnaissent d'avoir quand même obtenu l'accord nucléaire, donc la levée des sanctions, mais l'économie n'a pas repris aussi vite que les gens l'espéraient, la prospérité n'est pas revenue et surtout le pauvre Rohani n'a pas pu mettre en œuvre son programme. »

    Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre chaine YouTube

     

    Lire aussi:

    Mahmoud Ahmadinejad de nouveau candidat à la présidentielle iranienne
    En Iran, le suspense reste entier à cinq jours de la présidentielle
    Sénateur russe: «La victoire de Rohani est un bon signe pour l’Iran et le monde entier»
    Tags:
    élection présidentielle, Hassan Rohani, Mahmoud Ahmadinejad, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik