Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Le Tribunal pour l’ex-Yougoslavie, une justice des vainqueurs?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    2136

    La chroniqueuse géopolitique Rachel Marsden débat de la condamnation de plusieurs anciens chefs militaires ex-yougoslaves pour crimes contre l’humanité en compagnie de son invité, Nikola Mirkovic, essayiste et expert des Balkans.

    Slobodan Praljak, 72 ans, ancien chef militaire croate de Bosnie, s'est suicidé en pleine audience, à l'annonce de la confirmation de sa condamnation en appel à 20 ans de prison pour crimes de guerre durant le conflit croato-musulman. La semaine dernière était également jugé Ratko Mladic, qualifié de «Boucher des Balkans» par l'opinion occidentale, mais que de nombreux Serbes élèvent au rang de héros. Il a été reconnu coupable de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et a donc écopé de la réclusion à perpétuité.

    Pour Nikola Mirkovic, essayiste et expert des Balkans, le terme de génocide est «galvaudé», un mot utilisé «à tout bout de champ pour un oui, pour un non». Concernant les guerres de Yougoslavie, il nie tout document ou toute existence de «preuve, une volonté de génocide». Selon Mirkovic, «Serbes chrétiens orthodoxes, musulmans et Croates catholiques ont été montés les uns contre les autres, ce sont des luttes d'un peuple contre un autre».

    Quant à Radko Mladlic, chef militaire des Serbes de Bosnie qui a été jugé pour Srebrenica: «il a fait partir avant 20.000 femmes, enfants, vieillards qui restaient dans l'enclave, tous musulmans, il les a fait évacuer. Donc quand on commet un génocide, est-ce qu'on fait évacuer les femmes? [….] C'est un combat entre hommes, il y a des camps différents, mais il n'y a pas de volonté d'exterminer une religion.»

    Les guerres dans les Balkans dans les années 90 ont été encouragées par l'Ouest, selon Mirkovic, qui considère que c'était la «volonté de l'Occident d'éclater la Yougoslavie parce qu'elle ne se pliait pas à la nouvelle distribution des cartes géopolitiques voulue par Washington». L'essayiste cite ainsi un général italien: «on a fait la guerre à la Yougoslavie pour montrer à la Russie qui avait gagné la Guerre froide». Et il déclare que cette balkanisation a été concrétisée notamment par l'envoi d'armes aux belligérants: « nous savons aujourd'hui que des armes ont été acheminées aux musulmans de Bosnie par les Américains, par les Allemands…»

    Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik

    Lire aussi:

    Le Premier ministre croate dénonce «la profonde injustice morale» du tribunal de La Haye
    Vers une nouvelle montée des tensions dans les Balkans après la condamnation de Mladic?
    Le dernier grand accusé de la guerre des Balkans condamné à la prison à perpétuité
    Tags:
    crimes, militaires, Yougoslavie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik