Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    «Les seuls qui ont tout perdu en Syrie, c’est les Français»

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    5118

    Alors que la paix n'est pas encore assurée en Syrie, se pose cette question fondamentale après sept années de guerre civile: comment reconstruire la Syrie? Jean-Pierre Duthion, ancien expatrié français en Syrie et Philippe Moreau-Defarges, spécialiste des questions géopolitiques, débattaient sur ce sujet brûlant.

    Sept années de conflit, un demi-million de morts, six millions de personnes qui ont quitté la Syrie, les villes d'Alep et de Homs partiellement détruites, un PIB divisé par quatre par rapport à celui de 2011. Les combats font toujours rage mais Daech, en tant que territoire, est pratiquement détruit et l'armée syrienne a le contrôle aujourd'hui de plus de 70% du pays. Après une telle guerre civile, la Syrie peut-elle se relever?
    Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik


    Peut-on d'ores et déjà parler de reconstruction pour la Syrie? Jean-Pierre Duthion, consultant média et ancien expatrié français en Syrie pendant sept ans, où il a notamment été emprisonné, déclare qu'il est sans doute prématuré d'en parler car «aujourd'hui le pays est toujours en guerre même si elle est beaucoup moins flagrante que ce que ça pouvait être il y a quelques mois».

    Lui qui a favorisé, avant la guerre, l'arrivée de Carrefour et de KFC parce qu'il y avait «à l'époque, la possibilité pour le pays de s'ouvrir au marché privé, aujourd'hui cette possibilité a totalement disparu». Ce pays proche-oriental qui, selon la Banque mondiale, a subi un coût de destructions de 189 milliards de dollars, se trouve dans l'incapacité totale aujourd'hui «d'être intéressant en terme économique, pas en termes stratégiques, pour des partenaires éventuels sachant que l'Occident ne mettra jamais un euro ou un dollar dedans tant qu'il n'y aura pas de transition».

    Enfin, l'ancien expatrié français, qui a aidé des entreprises françaises et internationales à s'implanter dans le pays, estime que la diplomatie française s'est trompée sur les «Printemps arabes» et qu'elle a perdu toutes ses parts de marché enviables dans le pays: «les seuls qui ont tout perdu en Syrie, c'est les Français. Les Français qui étaient les seuls, ou quasiment, à exploiter le pétrole avec Total. Les Français qui avaient renoué Peugeot. Les Français qui ont fait entrer Carrefour et Monoprix».

    La vraie question pour Philippe Moreau-Defarges, ancien diplomate et spécialiste des questions géopolitiques, c'est la paix. Selon lui, il n'y aura pas de paix en Syrie à cause de deux facteurs: «parce qu'il y a beaucoup d'acteurs qui ont intérêt à ce que la guerre continue» en citant Israël, l'Iran et l'Arabie saoudite. Et deuxio, «pour qu'il y ait la paix, il faut qu'il y ait un fort qui puisse imposer la paix. La paix ça s'impose».

    Pour lui, «la Syrie n'est qu'un abcès de fixation d'une zone qui explose de tous les côtés que ce soit en Irak, ou même en Arabie saoudite ou ailleurs. Donc si vous voulez reconstruire la Syrie, il faut avoir une vision globale du Moyen-Orient dans son ensemble». Une conception que Jean-Pierre Duthion réfute, en rappelant les accords Sykes-Picot de 1916, considérant ainsi que l'Occident s'est trop souvent ingéré dans la région.

    Lire aussi:

    La prise de Raqqa : «un tournant dans la guerre en Syrie»
    Frappes françaises en Syrie, un succès? non, «un sketch, un gag»
    Influence française en Syrie: les illusions perdues de Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik