Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    L’affaire Cambridge Analytica, l’arbre qui cache la forêt?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    182

    Le référendum sur le Brexit et l’élection américaine ont-ils été truqués? Rachel Marsden revient sur l’affaire Cambridge Analytica en compagnie de Yannick Harrel, professeur en cyberstratégie et expert à l’Union Internationale des Communications.

    Un million de livres pour faire basculer le scrutin à son avantage! Comment la campagne en faveur du Brexit aurait-elle ciblé les électeurs, via AggregateIQ (AIQ), une entreprise canadienne liée à Cambridge Analytica? Celui qui est l'auteur de ces révélations explosives est le britannique Christopher Wylie. Le lanceur d'alerte, qui a travaillé au sein de la maison mère de Cambridge Analytica, estime que sans l'apport décisif de l'entreprise, «le camp du Leave n'aurait pas pu gagner le référendum». Selon lui, la méthode aurait été également utilisée aux États-Unis par la campagne de Donald Trump.

    Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik

    Rien de neuf pour Yannick Harrel, professeur en cyberstratégie et expert à l'Union Internationale des Communications, qui rappelle la campagne de Barack Obama sur le sujet: «Cambridge Analytica n'est pas nouveau sur le secteur, il y en avait d'autres, je crois même que Barack Obama avait utilisé une société Analysis Institute pour constituer une masse de données; donc il y a toute une sorte de données que l'on pourrait penser de prime abord totalement inoffensives, insusceptibles d'être réutilisées, qui en fait sont collectées dans une forme de date masse —de big data- et qui peuvent dresser un profilage des personnes et puis surtout le voyeurisme et l'ego nous entraînent toujours plus en avant à nous dévoiler».

    Tout est inscrit dans les conditions générales d'utilisation de Facebook: Yannick Harrel déclare ainsi «c'est la base, c'est la source de la problématique des données». Et il ajoute ainsi «vous autorisez par votre consentement à fournir des données personnelles à des tiers de confiance de la société Facebook ce qui veut dire avec Cambridge Analytica, c'est qu'on était dans une relation contractuelle consentie par ceux qui s'inscrivaient sur le réseau social Facebook».

    Mais quelle est réellement l'influence des réseaux sociaux et des «fakes news» sur la vie politique? Le spécialiste de la cyberstratégie considère qu'il est «extrêmement compliqué de quantifier» cette influence. Il s'agit pour l'instant de la relativiser: «elle n'est pas négligeable, mais il ne faut pas oublier que les médias traditionnels sont encore relativement puissants pour asseoir la notoriété de personnes ou de sujets de société».

    Les réseaux sociaux sont-ils un outil d'espionnage? «Pas au sens formel» selon Yannick Harrel, qui estime qu'«en revanche, c'est un formidable agrégateur de données. Leur finalité première est lucrative. Les sociétés qui hébergent les réseaux sociaux ne sont pas des entreprises philanthropiques […] Facebook est le mastodonte des réseaux sociaux, on estime à deux milliards d'utilisateurs actifs par mois.»

    Le professeur en cyberstratégie déclare très bien savoir que les services de renseignement se trouvent sur les réseaux sociaux «le plus souvent de manière officieuse et tout à fait cachée, et sont capables de récupérer et de traiter énormément d'informations. Maintenant la difficulté ce n'est pas la collecte des données, c'est le traitement et leur valorisation parce que faire du big data pour du big data, ça ne sert à rien. Ça remplit des serveurs, ça coûte très cher en entretien et en stockage, mais il faut le traiter.»

    Lire aussi:

    Comment Mark Zuckerberg a fait de Donald Trump le nouveau président des USA
    Fuite des données personnelles sur Facebook: la grogne devient planétaire
    Cambridge Analytica révèle les clauses de son contrat avec Facebook
    Tags:
    élection présidentielle, Brexit, Cambridge Analytica, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik