Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Trump sort de l’accord: «il s’agit à nouveau de remettre les Iraniens à genoux»

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    321

    Le président américain annonçait le 8 mai sa décision de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien signé notamment par son prédécesseur en 2015. Retour sur cette décision marquante avec Benjamin Hautecouverture, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique, spécialiste du désarmement et de la dissuasion nucléaire.

    L'accord sur le nucléaire iranien est-il encore viable sans les Américains? Le 8 mai, Donald Trump annonçait le retrait américain de cet accord signé le 14 juillet 2015, un document multipartite qui a pour objectif d'empêcher Téhéran de parvenir à un programme nucléaire militaire tout en levant progressivement les sanctions économiques. Un accord qui jusque-là était respecté par l'Iran, selon les rapports trimestriels de l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique.

    Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik

    Ce retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien est-il une surprise? Non, pour Benjamin Hautecouverture, spécialiste du désarmement et de la dissuasion nucléaire à la Fondation pour la recherche stratégique, c'était une décision attendue, Donald Trump fustigeant déjà le texte lors de sa campagne présidentielle: «la seule petite surprise c'est l'ampleur, la radicalité de la décision de sortie par le président Trump de l'accord nucléaire iranien du 14 juillet 2015 […] Ces modalités sont très sévères, très définitives».

    S'agit-il d'une tactique de bluff? Le chercheur reste circonspect quant au succès de cette stratégie éventuelle:

    «Il s'agit à nouveau de remettre les Iraniens à genoux et qu'une fois qu'ils seront à genoux, que leur économie sera à nouveau exsangue, on leur proposera un grand Deal. Je trouve ça très optimiste»

    Quelles sont les raisons de cette incompréhensible décision américaine? Le chercheur de la FRS estime que le président américain a pris une mesure trop radicale et qu'il sera difficile de faire machine arrière: «depuis qu'il est candidat, cet accord est insuffisant parce que la dimension balistique n'est pas approchée, n'est pas traitée par l'accord, parce que les questions régionales ne sont pas traitées, ce qui a poussé les Européens à trouver des alternatives pour après 2025. Il précipite la situation telle qu'il va jeter le bébé avec l'eau du bain c'est ça qui est idiot»

    Sans la présence américaine, quelles sont les chances de survie de l'accord nucléaire? Benjamin Hautecouverture relativise la portée de cette résolution américaine et rappelle les autres protagonistes: «pour le moment, il n'est pas mort encore puisque c'est un accord multipartite». Le chercheur précise sa pensée, considérant qu'il est possible que cet accord survive si les signataires s'en donnent les moyens:

    «Oui, on le peut à deux titres: on le peut théoriquement d'abord, parce qu'on a le droit, c'est un accord multipartite, si un État s'en retire, ça n'oblige pas les autres à s'en retirer […] Sur le terrain, maintenant qu'est-ce que ça va être de continuer à commercer avec l'Iran si les États-Unis imposent des sanctions secondaires aux entreprises qui continuent de commercer. Ça va être difficile parce que déjà aujourd'hui, depuis juillet 2015 les entrepreneurs européens exercent la plus grande retenue s'agissant de leurs investissements et de leur prise de parts de marché parce qu'ils se demandent si l'accord est pérenne. Sans des garanties européennes gouvernementales très fortes, on ne voit pas pourquoi une entreprise à capitaux privés viendrait prendre le risque de se faire taper sur ses actifs qu'elle a sur le continent américain. Dans la sphère réelle de l'économie, ça va être compliqué même si ça n'est pas impossible à mon avis, en particulier parce que la Chine a une autonomie et sa monnaie forte». 

    Lire aussi:

    L’Iran a préparé un plan B au cas où les Européens se retireraient de l’accord nucléaire
    Réactions politiques mondiales sur le retrait US de l’accord nucléaire avec l’Iran
    Faut-il supprimer l’accord sur le nucléaire iranien?
    Tags:
    programme nucléaire iranien, Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik