Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Pourquoi la Turquie souhaite-t-elle une bataille d’Idlib modérée?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    483

    Le spectre d’une catastrophe humanitaire à Idlbib s’est éloigné depuis que la Russie et la Turquie ont signé un accord créant une zone démilitarisée séparant les belligérants. Mais pourquoi la Turquie a-t-elle intérêt à calmer le jeu dans la région?

    Yasar Yakis, ancien ministre des affaires étrangères turc, livre son analyse dans le Désordre mondial.L'offensive générale sur la région d'Idlib remise sine die. Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont annoncé à la suite d'une réunion à Sotchi ce 17 septembre qu'une «zone de démilitarisation» allait être créée tout autour de la région d'Idlib. Elle séparera les armées gouvernementales de Damas des factions rebelles soutenues par l'armée turque et des groupes djihadistes d'Hayat Tahir el-Sham (HTS), dont fait partie l'ex branche d'Al-Qaeda en Syrie. L'idée serait que les militants modérés resteront dans cette zone et que les groupes terroristes armés se retireront. La Russie et la Turquie travailleraient ensemble pour patrouiller conjointement la zone.
    Au delà de baisser les risques de catastrophe humanitaire que la bataille d'Idlib faisait craindre à l'Occident, la question se pose du devenir des factions les plus radicales. Et surtout, pourquoi la Turquie a-t-elle souhaité cet accord? Ancien ministre des affaires étrangères turc, Yasar Yakis nous donne les clefs de ce dossier.

     

     

    Lire aussi:

    Moscou et Ankara s’entendent sur Idlib, l’Occident en PLS
    Yasar Yakis: «La Turquie est loin d’être un paradis de démocratie»
    Yasar Yakis, ancien diplomate turc : «la Turquie a commis une erreur majeure»
    Tags:
    Recep Tayyip Erdogan, Idlib, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik