Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Un ancien agent de la CIA souffle-t-il sur les braises de la guerre civile en Libye?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    347

    Le maréchal libyen Khalifa Haftar est aux portes de Tripoli avec ses troupes, soutenues par les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et l’Égypte. Mais pour qui roule celui qui serait un agent de la CIA de longue date? Les États-Unis, les pays du Golfe, lui-même? Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France, revient sur le cas Haftar.

    Dans le monde de l'espionnage, un «agent» de la CIA désigne une personne qui travaille pour l'agence de renseignement américaine sans être officier de celle-ci. Le maréchal libyen Khalifa Haftar, qui serait agent de la CIA de longue date, a annoncé une nouvelle offensive à Tripoli contre le gouvernement d'accord national soutenu par l'Onu, nommé «Opération Inondation de la dignité».

    Haftar commande l'armée nationale libyenne, appuyée notamment par les Émirats arabes unis (EAU), l'Arabie saoudite et l'Égypte, contre les forces du gouvernement reconnu internationalement, soutenues par les Nations unies. Haftar serait un agent connu de la CIA depuis la Guerre froide, lorsque la CIA soutenait les groupes d'opposition anti-Kadhafi en Libye. Par la suite, Washington a accueilli Haftar et ses combattants aux États-Unis, en Virginie, près du siège de la CIA et du Pentagone. Il participa aux efforts infructueux visant à renverser Kadhafi.

    Aujourd'hui, il semble s'aligner sur les EAU et l'Arabie saoudite, alliés des États-Unis dans la région. Agit-il pour son propre compte? Quel intérêt Washington aurait-il à renverser le gouvernement soutenu par l'Onu, qu'il a contribué à mettre en place? Ou est-ce que Haftar sert les intérêts émiratis et saoudiens en Libye? Si oui, lesquels? Récemment, Haftar s'est également rendu à Moscou, mais le Kremlin affirme n'avoir rien à voir avec les récentes actions menées par Haftar. La Libye est-elle sur le point de plonger plus avant dans la guerre civile? Pour tenter de dénouer cet écheveau, Rachel Marsden reçoit Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France, notamment dans plusieurs pays d'Afrique. 

    Lire aussi:

    Versailles sous des nuages épais de fumée à cause d'un incendie (vidéos)
    «Fumée jaune», propagation… Réflexions d'un ancien pompier sur le sort de Notre-Dame
    Le RAID déployé à Lourdes, une personne blessée lors d'une prise d'otages
    Tags:
    CIA, Khalifa Haftar, Arabie Saoudite, Émirats Arabes Unis, Libye, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik