Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Trudeau a-t-il tenté une volte-face discrète sur la politique migratoire canadienne?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Par
    591
    S'abonner

    Longtemps favorable à un large accueil des migrants, Justin Trudeau semble avoir récemment durci la politique migratoire du Canada. Est-ce un vrai virage et si oui, comment s’explique-t-il? Les chercheurs canadiens en politique migratoire et politique d’intégration Mireille Paquet et Mathieu Arès en débattent pour le Désordre mondial.

    Plus de 41.000 migrants sont passés des États-Unis au Canada depuis deux ans que Trump a durci leurs conditions de séjour. Ils sont tellement nombreux que le Canada a dû adopter des mesures extraordinaires pour faire face à la vague migratoire.

    Si Trudeau a longtemps tenu un discours favorable à un accueil inconditionnel des migrants, il a dû revoir ses ambitions à la baisse. Alors sa popularité est en berne dans les sondages à l’approche des prochaines élections fédérales d’octobre, il est critiqué pour avoir noyé dans projet de loi budgétaire ce qui semble être une nouvelle politique migratoire. Les modifications empêcheraient les demandeurs d’asile de revendiquer le statut de réfugié au Canada s’ils en ont fait de même dans certains autres pays, y compris aux États-Unis.

    Qu’est-ce qui est à l’origine de ce changement soudain de politique? Et qu’est-ce que cela signifierait en termes de réduction du nombre de migrants demandant l’asile au Canada? Mireille Paquet et Mathieu Arès en débattent au micro de Rachel Marsden.

    Mireille Paquet est politologue, experte en politique migratoire, et professeur adjoint de sciences politiques à l’Université Concordia de Montréal. Mathieu Arès est professeur à l’école de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke à Montréal et chercheur au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation de l’Université de Québec à Montréal.

    Tags:
    migrants, Justin Trudeau, États-Unis, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik