Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Moyen-Orient, après l'Iran, les États-Unis vont-ils se mettre l'Irak à dos?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Par
    3150
    S'abonner

    Les tensions entre Washington et Téhéran sont au plus haut. Plus surprenant, le ton monte aussi entre les États-Unis et l'Irak. Est-ce dû au réchauffement des relations irano-irakiennes? Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement et auteur de plusieurs ouvrages sur le Moyen-Orient, décrypte cette situation.

    Il y a 16 ans ce mois-ci, George W. Bush était sur le pont du navire de guerre USS Abraham Lincoln. Derrière lui, une bannière géante proclamait «Mission accomplie»: l'ancien Président des États-Unis annonçait la fin des opérations de combat américaines en Irak après le renversement de Saddam Hussein.

    Aujourd'hui, l'USS Abraham Lincoln est toujours dans le golfe Persique, cette fois-ci pour menacer l'Iran, dans le contexte des dissensions croissantes entre Téhéran et Washington. En parallèle, la tension semble monter entre l'Irak et les États-Unis. L'immense ambassade que ces derniers ont construite en Irak a été évacuée par tout personnel non urgent. Et même la compagnie pétrolière américaine Exxon, bénéficiaire de contrats pétroliers irakiens depuis la guerre du Golfe en 2003, a évacué 50 travailleurs américains du sud de l'Irak vers Dubaï.

    Cela a-t-il quelque chose à voir avec le fait que le gouvernement irakien n'est plus aux ordres de l'Oncle Sam? En fait, l'Irak semble mieux s'entendre avec l'Iran, pour une fois. N'est-ce pas une bonne chose? Pour ceux d'entre nous qui se souviennent de la guerre Iran-Irak, on pourrait penser que la paix entre ces deux puissances régionales serait la bienvenue. Alors, que se passe-t-il réellement en Irak qui préoccupe les États-Unis? Et le reste du monde devrait-il être inquiet ou soulagé?

    Pour démêler cet écheveau, Rachel Marsden reçoit Alain Rodier. Ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français et directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement, il est aussi auteur du livre «Face à face Téhéran: Riyad. Vers la guerre?» Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs, dont «La menace mondiale de l'idéologie wahhabite» (Éd. Ellipse, 2017).

    Tags:
    USS Abraham Lincoln, Alain Rodier, Saddam Hussein, Golfe persique, Irak, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik