Pollution, la menace environnementale la plus grave et la plus urgente

Le Désordre mondial
URL courte
390
S'abonner

Les conséquences de la pollution humaine sur l'environnement sont dramatiques. Un rapport des Nations unies révèle qu'elle obère notre capacité de survie et celle d'un million d'espèces. Gilles Berhault, qui dirige l'ACIDD, une structure consacrée au développement durable, revient sur ces menaces.

Avons-nous tous été trop focalisés sur le changement climatique au détriment d'autres catastrophes environnementales plus urgentes? Depuis des années, les gens se demandent comment empêcher la température moyenne de la Terre de changer de deux degrés.

Pendant ce temps, les Nations unies viennent de publier un rapport qui tire la sonnette d'alarme sur des questions environnementales beaucoup plus immédiates. Ce n'est pas une théorie ou un modèle scientifique qui motive la conclusion de ce rapport: l'Homme a radicalement altéré la surface de la Terre pour répondre à ses besoins, ce qui pourrait avoir un impact sérieux sur notre capacité de survie —et pas seulement la nôtre. Selon le rapport, un million d'espèces risquent également de disparaître.

La pollution que nous pouvons réellement voir, sentir et goûter a été multipliée par dix depuis1980, nous dit-on maintenant, alors que la taille des villes a doublé depuis 1992. Comment avons-nous laissé cela se produire? Y a-t-il un moyen de revenir en arrière, ou est-il trop tard? Pour aborder ces menaces environnementales, Rachel Marsden reçoit Gilles Berhault. Il est directeur général adjoint de l'Association de la communication et de l'information pour le développement durable (ACIDD), qu'il a fondée en 2002. Il a aussi été président du Comité 21, le Comité français de l'environnement et du développement durable.

Lire aussi:

Alexandre Benalla hospitalisé à Paris
Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés – images
Nagui accusé d’être le responsable des mutilations de chevaux
Tags:
menace, conséquences, environnement, homme, pollution, réchauffement climatique, Terre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook