Pourquoi y a-t-il une nouvelle crise migratoire… en Afrique?

Le Désordre mondial
URL courte
1814
S'abonner

Scènes de violence en Afrique du Sud. Ce ne sont plus que les Afrikaners qui sont visés, mais des migrants africains qui subissent des attaques meurtrières. Leur présence est pourtant ancienne, pourquoi deviennent-ils subitement des boucs émissaires? Glenn Babb, ancien diplomate sud-africain, analyse la situation pour le Désordre mondial.

Une autre crise migratoire vient d’apparaître. Non, cela n’a rien à voir avec des navires de sauvetage traversant la Méditerranée vers l’Europe ou le mur frontalier de Donald Trump avec le Mexique. Cette fois-ci, il s’agit d’une crise entre ressortissants de pays africains.

Plus précisément, les migrants de pays africains subissent maintenant la violence des citoyens de leur pays d’accueil: l’Afrique du Sud. Tout a commencé ce mois-ci avec des attaques à Johannesburg et Pretoria par des Sud-Africains (noirs) sur des magasins appartenant à des migrants africains. Au moins 12 personnes auraient été tuées et des centaines arrêtées par les autorités. Selon des reportages, le sentiment selon lequel les migrants africains seraient responsables des problèmes sociaux et économiques des Sud-Africains est à l’origine de ces violences.

La dernière fois que nous avons entendu ce refrain, il n’y a pas si longtemps, c’était les Afrikaners (blancs) qui étaient visés, mais maintenant, les cibles ont changé. L’immigration d’autres pays africains vers l’Afrique du Sud n’est pourtant pas nouvelle. Alors pourquoi constate-t-on ces violences maintenant? Que se passe-t-il réellement dans le pays Arc-en-ciel, au-delà des gros titres sensationnels? Pour y voir plus clair, Rachel Marsden reçoit Glenn Babb, ancien diplomate sud-africain, qui a notamment été ambassadeur au Canada.

Lire aussi:

Nagui accusé d’être le responsable des mutilations de chevaux
Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés – images
«P*** en jupe»: elle est frappée par trois hommes à Strasbourg à cause de sa tenue - photo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook