Pourquoi Trump vole-t-il si vite au secours de l’Arabie saoudite?

Le Désordre mondial
URL courte
Par
Attaques de drones contre des installations pétrolières saoudiennes (36)
5134
S'abonner

Après l’attaque des installations pétrolières saoudiennes, Trump a aussitôt réagi, semblant mettre les États-Unis à la disposition de Ryad pour une éventuelle riposte contre l’Iran, même si Téhéran n’a pas été citée. Pourquoi un tel empressement? Karim Émile Bitar, directeur de recherche à l’IRIS, revient sur le lien entre Riyad et Washington.

Qu’est-ce qui justifie l’empressement américain à voler au secours de l’Arabie saoudite? Le pétrole? Les États-Unis importent 43% de leur pétrole du Canada, contre 9% de l’Arabie saoudite. Les liens diplomatiques? En tant que membres de l’Otan, Ottawa est un allié de Washington, tandis que Riyad n’est officiellement qu’un partenaire commercial et diplomatique.

Ainsi, lorsqu’une installation pétrolière saoudienne a été attaquée, détruisant environ la moitié de sa capacité de production de pétrole, la réaction instinctive de Donald Trump (sur Twitter, bien sûr) était troublante. «L’approvisionnement en pétrole de l’Arabie saoudite a été attaqué», a déclaré Trump. «Il y a des raisons de croire que nous connaissons le coupable. Nous sommes verrouillés et chargés, mais nous attendons que le Royaume nous donne leur avis sur la cause de cette attaque et dans quelles conditions nous allons procéder!»

Peu importe qui est responsable de l’attaque, les Saoudiens ne devraient pas dicter aux États-Unis comment «procéder». Alors, comment expliquer la réponse de Trump? Et comment cet incident changera-t-il la donne?

Karim Émile Bitar, directeur de recherche à l’IRIS, spécialiste du Moyen-Orient et de la politique étrangère des États-Unis, revient sur le lien privilégié entre Riyad et Washington, ainsi que sur ses conséquences concrètes dans la crise du Moyen-Orient.

Dossier:
Attaques de drones contre des installations pétrolières saoudiennes (36)

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
En Seine-Saint-Denis, ces deux prénoms sont les plus donnés aux bébés depuis 2018
La politique vaccinale en France «fait assez sourire en Belgique», selon un épidémiologiste
Tags:
Donald Trump, États-Unis, Arabie Saoudite, pétrole, Proche-Orient
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook