Trump retire 100 millions d’aide à l’Afghanistan: quel impact?

Le Désordre mondial
URL courte
Par
0 43
S'abonner

Entre ses coupes claires dans les crédits d’aide, ses négociations ratées avec les talibans et ses ambitions minières contrariées, la politique de Washington en Afghanistan semble de plus en plus chaotique. Pour nous aider à y voir plus clair, le Désordre mondial donne la parole à Fahimeh Robiolle, vice-présidente du club France-Afghanistan.

L’administration Trump vient d’annoncer une réduction de 100 millions de dollars de l’aide américaine à l’Afghanistan. La raison invoquée? La corruption et un manque apparent de retour sur investissement.

Étant donné que Trump voit tout enjeu à travers son prisme d’homme d’affaires, la décision n’est guère surprenante. Il est d’ailleurs permis de se demander où est passée l’aide américaine en Afghanistan et pourquoi les Américains n’ont pas constaté les retours sur investissement qu’ils attendaient. Mieux encore: que veulent-ils pour leur argent? D’autres pays investissent également en Afghanistan. Vraisemblablement, ils doivent aussi faire face à la corruption. Est-ce qu’ils font les choses différemment que les États-Unis? Ont-ils un meilleur retour sur investissement?

Trump avoue ouvertement s’intéresser aux richesses minières de l’Afghanistan. La frustration de Trump par rapport aux négociations avec les talibans pour parvenir à une résolution du conflit afghan serait liée à l’incapacité américaine de faire main basse sur ces richesses? Pour répondre à toutes ces questions, Rachel Marsden reçoit Fahimeh Robiolle. Elle est vice-présidente du club France-Afghanistan et chargée de cours à l’Université de Téhéran et à l’Université de Kaboul.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
L’Égypte a besoin d’armes, la France répondra-t-elle présente?
Tags:
aide, Afghanistan, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook