Pourquoi Maduro était-il à Moscou lors de l’Assemblée générale des Nations unies?

Le Désordre mondial
URL courte
Par
3170
S'abonner

Maduro a fait faux-bond à l’Assemblée générale des Nations unies, préférant se rendre à Moscou pour rencontrer Poutine. Quel soutien Moscou peut-il apporter à Caracas? Les États-Unis vont-ils infléchir leur politique vis-à-vis du Venezuela? Ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, Maurice Lemoine fait le point pour le Désordre mondial.

Alors que la plupart des dirigeants mondiaux étaient à New York à l’Assemblée générale annuelle des Nations unies, le Président vénézuélien, Nicolas Maduro, publiait des vidéos sur les réseaux sociaux, où on le voyait avec son équipe sur la Place Rouge de Moscou. Et il n’a pas été le seul chef d’État à se soustraire à la grand-messe onusienne.

Mais que faisait-il en Russie? Maduro est venu rencontrer Poutine. Il cherche des solutions aux turbulences fiscales provoquées par les sanctions occidentales et aux difficultés politiques suscitées par des troubles internes. Quel rôle Moscou pourrait-il jouer dans la résolution de la crise vénézuélienne?

Et quelle sera l’attitude de Washington vis-à-vis de Caracas? Relevons que lors d’une interview avec les médias russes, Maduro ne s’en est pas pris directement à Donald Trump. De son côté, le Président américain a limogé conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, qui lui aurait fait miroiter un changement de régime facile et rapide au Venezuela. En profitera-t-il pour changer de politique dans la région, d’autant qu’il est soumis à la pression des Démocrates, qui veulent sa destitution? Comment Maduro pourra-t-il tirer profit de cette situation?

Journaliste spécialiste de l’Amérique latine, et ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, Maurice Lemoine revient sur le dossier vénézuélien au micro de Rachel Marsden.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Coronavirus: l'épidémie «s'accélère», la situation est «grave», selon Xi Jinping
Tags:
États-Unis, ONU, Moscou, Nicolas Maduro
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik