Les conséquences économiques du Covid-19 au Québec seraient «pires que celles de la crise de 1929»

Le Désordre mondial
URL courte
Par
465
S'abonner

Le Canada a fermé sa frontière avec le plus grand foyer actuel de coronavirus, les États-Unis, mais les craintes économiques provoquées par la pandémie de Covid-19 risquent de prendre le dessus pour Justin Trudeau. Mathieu Arès, professeur et chercheur basé au Québec, commente la situation au micro de Rachel Marsden.

En proportion, le Canada ne compte environ qu’un quart de cas de coronavirus gravement malades par rapport à la France. Alors que le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, dont la femme a contracté la maladie, donne régulièrement des conférences de presse devant chez lui, chaque province semble gérer la situation sur un plan plus local.

Contrairement aux messages que nous recevons en France, les autorités sanitaires canadiennes assurent aux citoyens que leur système de santé est doté de ressources adéquates pour faire face au pire. Alors, quel est le secret? Comment le Canada gère-t-il la situation et évite-t-il largement de montrer le chaos et de la panique qui règnent aux États-Unis, juste de l’autre côté de sa frontière sud, laquelle est maintenant fermée?
Mathieu Arès, professeur à l’école de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke à Montréal, explique pourquoi la gestion sanitaire est plutôt locale et concerne moins le gouvernement fédéral:

«On a un système politique fédéral et la santé est une juridiction provinciale. Donc, c’est normal que ça soit les gouvernements provinciaux qui soient en première ligne avec les hôpitaux et les soins. Le gouvernement fédéral, on le voit plus comme pouvoir d’appui, notamment financier.»

Le chercheur au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation de l’Université de Québec à Montréal prend l’exemple du Québec, la province la plus touchée actuellement, pour illustrer la capacité du pays face à la pandémie:

«Actuellement, on a le plus grand nombre de cas d’infection, mais les cas d’hospitalisation restent très bas... Donc tout est sous contrôle en termes médicaux.»

Arès explique pourquoi le Québec voit plus de cas que d’autres provinces:

«Actuellement, c’est le Québec qui a le plus de cas. À peu près 45% des cas canadiens sont au Québec. C’étaient les grandes vacances scolaires que l’on a prises un peu plus tôt cette année. Et il y a beaucoup de gens qui visitent New York, Paris... Et donc tout ce monde-là est revenu de vacances avec pas que des souvenirs dans leurs bagages. Et c’est pourquoi on a des foyers plus forts qu’ailleurs, même si au Québec, on a réagi relativement promptement. Les autres provinces ont fermé avant leurs vacances.»

L’expert estime que «là où il y a une peur, c’est du côté économique», et explique pourquoi:

«Au Québec, on avait 4% de chômage, et maintenant on s’attend à 30-35 % de chômage, ce serait donc pire que durant la crise de 1929.»

Lire aussi:

«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Tags:
Covid-19, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook