L’après-guerre libyen: «La Libye génère assez de recettes fiscales pour se reconstruire sans l’aide de personne»

Le Désordre mondial
URL courte
Par
4273
S'abonner

La sélection surprise d’un nouveau Premier ministre pour la Libye, choisi sous la supervision de l’Onu à Genève, laisse entrevoir un espoir de paix après dix années de guerre. Mais cet optimisme a-t-il des angles morts? Analyse de Michel Scarbonchi, ancien député européen et consultant international, au micro de Rachel Marsden.

Est-ce que la paix est enfin en vue pour la Libye, après une décennie de guerre civile?

Avec le choix surprenant du nouveau Premier ministre par intérim, le pays pourra-t-il se reconstruire tout seul? Michel Scarbonchi, ancien député européen et consultant international, décrypte la nouvelle donne pour le Désordre mondial:

«La Libye génère assez de recettes fiscales pour se reconstruire sans l’aide de personne. Avant la guerre de 2011, le territoire était le plus riche et le plus stable du Machrek et du Maghreb. La population vivait correctement et le pays avait le taux d’universitaires le plus élevé du monde arabe. Les femmes bénéficiaient également d’une liberté exceptionnelle pour le monde arabe.»

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
gouvernement, crise libyenne, Libye, Fayez el-Serraj, Mouammar Kadhafi, Khalifa Haftar
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook