Réélection de Bachar el-Assad: «Nous sommes indignés parce que le camp occidental nous donne des leçons de démocratie»

Le Désordre mondial
URL courte
Par
161258
S'abonner

Le Président syrien a été réélu, suscitant une levée de boucliers des démocraties occidentales. Analyse du docteur Nabil Antaki, médecin, pour Le Désordre mondial.

Bachar el-Assad a été réélu en juin pour un troisième mandat de sept ans avec 90% des voix, un résultat rapidement discrédité par le camp occidental. 

Affirmant qu’il souhaitait aider les Syriens sur le plan humanitaire, Joe Biden a ensuite bombardé le pays le 28 juin. Une «hypocrisie» qui révolte le docteur Nabil Antaki, directeur d’un hôpital à Alep et membre de la communauté des Maristes bleus: 

«Les Américains ne sont pas là pour aider le peuple syrien, ils veulent renverser le régime ou le rendre servile par rapport à la politique américaine. Nous sommes indignés parce que le camp occidental nous donne des leçons de démocratie et quand le peuple syrien s’exprime pour choisir son Président, ils refusent le résultat des élections. C’est comme quand ils ont imposé à une époque un président du Conseil national syrien –un type qui vivait en France que personne ne connaissait en Syrie– et qu’ils l’ont déclaré représentant légitime de la Syrie. C’est grotesque, ce n’est pas de la démocratie.»

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Tags:
Joe Biden, élections, Bachar el-Assad, États-Unis, bombardement, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook