Faut-il brûler le TTIP? Partie 1

Russeurope Express
URL courte
Par
0 51
S'abonner

Depuis le 25 avril, les négociations sur le Partenariat transatlantique de libre-échange (TAFTA, TTIP) reprennent entre les Etats-Unis et l'Union européenne, mais l'objectif est loin d'être atteint.

L'opposition au traité est forte aussi bien en Europe qu'aux Etats-Unis, où sa ratification par le Congrès promet d'être difficile. Le TTIP, comme l'explique Jacques Sapir, n'est pas juste un accord de libre-échange, il s'agit d'un accord d'unification d'un grand nombre de réglementations commerciales, notamment en ce qui concerne les investissements et la propriété intellectuelle. En quoi une unification serait-elle dangereuse dans ces deux domaines?

Jacques Sapir en discute avec Jeanne Chevalier (Partie de Gauche) et Lionel Maurel (Quadrature du Net), puis recueille par téléphone le point de vue d'Ambrose Evans-Pritchard, du quotidien britannique The Telegraph. En vous souhaitant une bonne écoute sur Sputnik France.

"N'annonçait-on pas, au cours des négociations sur les accords de l'OMC, des gains de PIB de 500 milliards de dollars? La réalité est très différente." Jacques Sapir

"Il y a dans ces accords internationaux une tendance à durcir la répression, avec de gros impacts sur la régulation d'Internet" Lionel Maurel

"Les Etats-Unis sont en train d'essayer de se dépêtrer de ces guerres de brevets qui paralysent l'innovation technologique, il ont du mal à réformer leur système, et en même temps de l'exporter via des accords comme le TAFTA" Lionel Maurel

Lire aussi:

«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
«Sale juif, sale race»: il est pris à partie dans un immeuble parisien, sa Rolex est volée
Des dizaines de malfrats agressent une famille en Loire-Atlantique puis les suivent à l’hôpital
Tags:
Traité de partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP), Union européenne (UE), États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook