Ecoutez Radio Sputnik
    Les chroniques de Sapir

    Cuba après Castro

    Les chroniques de Sapir
    URL courte
    Jacques Sapir
    1105671

    Le récent décès de Fidel Castro a remis Cuba au centre de l’actualité. Mais quelle est la situation économique et politique de l’île? Entretien avec Salim Lamrani, spécialiste de Cuba, François-Michel Lambert, député UDE et Luis Avila, spécialiste de l’Amérique Latine à l’IPSE.

    Peut-on s'attendre à ce qu'il y ait moins de répression politique à Cuba dans les années à venir? François-Michel Lambert estime que « la répression politique a existé, personne ne va le nier, mais il y a bien longtemps qu'elle n'existe plus […] et il y a aujourd'hui au contraire, des respirations qui se mettent en place. »

    Salim Lamrani confirme ce jugement, considérant « qu'il faut remettre la réalité cubaine dans la problématique latino-américaine, notamment en ce qui concerne les droits de l'homme. » Salim Lamrani, maître de conférences à l'Université de la Réunion, rappelle ainsi le rapport d'Amnesty International où « il n'y a aucun pays en Amérique du Canada jusqu'en Argentine qui présente une situation des droits de l'homme meilleure que celle de Cuba. »

    Luis Avila, chercheur à l'IPSE, estime que « si sur l'île cubaine, il y a un irrespect des droits fondamentaux des humains, ce serait surtout et d'abord dans la prison de Guantanamo. » Luis Avila rappelle ainsi la légitimation récente de Donald Trump vis-à-vis de la torture.

    Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre chaine YouTube

     

    Tags:
    Fidel Castro, Amérique latine, Cuba
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • Skevin
      Et encore, Amnesty International n'hésite pas à utiliser des données manipulées pour faire de la propagande contre Cuba. Rappelons-nous que quand après la mort de Fidel Castro, Ségolène Royal a fait, sur lui, un discours élogieux, AI a réagi avec hauteur en disant qu'il ne fallait pas oublier qu'en octobre précédent il y avait eu 600 interpellations à Cuba. Ce chiffre, peut-être exact constituait un enfumage. En effet en normalisant à lapopulation français, nous aurions du compter environs 6000 interpellations dans notre pays soit environ 60000 en une année. En fait le nombre d'interpellations pour le seul fait d'ivresse public est en France de 60000 pour 2015: www.ofdt.fr/statistiques-et-infographie/series-statistiques/evolution-du-nombre-d-interpellations-po . Si on fait le calcul pour les USA qui connaissent 11 millions d'arrestations en 2014:
      fr.statista.com/statistiques/550295/etats-unis-nombre-d-arrestations-toutes-infractions-confondues-1
      on constate que le taux d'arrestation y est 50 fois plus élevé qu'à Cuba. Pourtant AI ne fait pas souvent de remontrances à ce pays pour ses arrestations ou pour ses décès policiers (1100 par an), qui dit mieux? Ce n'est pas la première fois qu'AI se discrédite par sa propagande pro US. Dans le passé, du temps de la honteuse guerre de contras au Nicaragua, AI ne stigmatisait pas les Contras avec la même violence que le gouvernement nicaraguayen. C'est dont une habitude.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)