Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    A la Douma on juge prématuré le renvoi du dossier nucléaire iranien devant le Conseil de sécurité

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0

    MOSCOU, 2 février - RIA Novosti. A la Douma (chambre basse du parlement russe) on estime prématurée la remise du dossier nucléaire iranien au Conseil de sécurité de l'ONU.

    "La position de la Russie en ce qui concerne le renvoi du dossier nucléaire iranien devant le Conseil de sécurité de l'ONU diffère de celle des Etats-Unis. Nous estimons qu'il est trop tôt pour envisager la remise de ce dossier au Conseil de sécurité", a dit le vice-président de la Douma, Vladimir Pekhtine, qui s'entretenait jeudi avec des journalistes.

    D'après ce député, la Russie entreprend des démarches politiques concrètes en vue de normaliser la situation autour du programme nucléaire iranien.

    Les parlementaires ont rappelé que des ententes étaient intervenues pour que le Conseil de sécurité de l'ONU n'entreprenne aucune action concernant le problème nucléaire avant d'avoir pris connaissance du rapport que le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique doit présenter le 6 mars.

    "Nous espérons qu'aux négociations de Moscou et de Téhéran sur ce problème les parties parviendront à des ententes dont la mise en oeuvre permettra de dissiper les suspicions et de convaincre l'opinion internationale que le programme nucléaire de l'Iran est exclusivement civil", a dit Vladimir Pekhtine.

    Pour le vice-président de la Douma la création de centres d'enrichissement d'uranium à des fins pacifiques sans restreindre l'accès aux technologies nucléaires mettrait l'électronucléaire à la portée de tous. "L'Iran lui aussi pourrait être partie prenante à ce projet", a dit Vladimir Pekhtine.

    Lire aussi:

    L’Iran pourra-t-il enrichir de l’uranium pour fabriquer une bombe atomique?
    L’Iran prêt à reprendre la production d’uranium enrichi dans un délai de 5 jours
    Trump se casse les dents sur l'Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik