Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Tbilissi menace d'employer la force contre les militaires russes

    Russie
    URL courte
    0 1 0 0
    MOSCOU, 7 février - RIA Novosti.La Géorgie, qui reste encore membre de la CEI, se dit prête à user de la force pour accélérer le retrait du contingent de paix russe d'Ossétie du Sud, écrit la Nezavissimaia gazeta. De l'avis des experts, Tbilissi a intérêt à transformer ce problème local en conflit interétatique.

    Le chef du comité de la défense et de la sécurité du parlement géorgien, Guivi Targamadze, a déclaré que Tbilissi peut déclarer les militaires russes "troupes d'occupation" et recourir à la force pour les chasser de la zone du conflit.

    La rhétorique antirusse n'a cessé de s'amplifier en Géorgie depuis ces derniers temps et voilà que Tbilissi passe maintenant des habituelles invectives et des griefs aux menaces pures et simples.

    Le problème local de la présence de la force de paix russe en Ossétie du Sud peut dégénérer en conflit d'envergure, voire interétatique, estime le chef du département des pays de la CEI du Centre des études stratégiques de Russie, Alexandre Skakov. "Tbilissi recherche une telle évolution des événements. La Géorgie s'emploie à entraîner les soldats russes dans les hostilités", met en garde l'expert qui estime qu'alors un déploiement injustifié de troupes géorgiennes dans la zone du conflit serait présenté comme la "lutte de la Géorgie contre l'empire russe".

    Le vice-président de l'Académie russe des problèmes géostratégiques et géopolitiques, le général Léonide Ivachov, pense que l'hystérie antirusse a pour but de chasser les militaires russes de Géorgie pour "déblayer le terrain afin d'y recevoir des troupes de l'OTAN". Cependant, les autorités géorgiennes ne peuvent pas influer réellement sur la présence de la force de paix russe si, naturellement, "Washington ne fait pas pression et si la Russie ne flanche pas", ajoute l'expert. "En cas de confrontation directe avec la Russie la Géorgie risque de rester sans gaz, sans chauffage et sans électricité. Si cela se produit, je ne pense pas que le régime de Saakachvili puisse durer longtemps", estime le général.

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    L'Otan propose à Moscou de ne plus reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik