Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Les déclarations économiques du président divergent d'avec les actions des autorités - expert

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 9 février - RIA Novosti. Les propos du président Vladimir Poutine qui assurait que "personne ne veut nationaliser" les compagnies pétrolières privées et qu'il est nécessaire de trouver un équilibre entre la propriété publique et privée dans le secteur pétrogazier ont excessivement enthousiasmé une partie des milieux d'affaires russes. Certains affirment sérieusement : vous voyez, on nous laissera maintenant en paix, c'est un ordre du patron! Cependant, le président, depuis qu'il est au pouvoir, a déjà dit bien des choses rassurantes au sujet du comportement de l'Etat dans le domaine économique, écrit Vladimir Milov, directeur de l'Institut de politique énergétique, dans le quotidien Vedomosti.

    A la faveur de ces déclarations enthousiasmantes pour le marché, l'Etat a établi le contrôle de Iouganskneftegaz, de Sibneft, de Power Machines, de Kamov, d'OMZ, d'AvtoVAZ. La libéralisation des titres de Gazprom, qui a duré des années, s'est accompagnée de l'adoption d'une loi attribuant plus de 50% des actions du monopole gazier à l'Etat (ce qui n'était pas convenu d'avance) et, tout compte fait, a annulé pour Gazprom toute possibilité d'attirer des investissements au moyen d'une émission d'actions supplémentaire, ce qui a déprécié cette libéralisation.

    Que la déprivatisation soit poursuivie en Russie ou non, ce n'est pas cela qui compte. A une certaine époque Bill Clinton avait risqué l'impeachment pour un mensonge sous serment au sujet d'un petit épisode de sa vie privée. En Russie nous observons une contradiction systématique entre les déclarations publiques du président sur les questions essentielles de la vie économique du pays et les actions réelles des autorités.

    A en juger par les propos prononcés par le chef de l'Etat au cours de sa rencontre avec le chef du Rosatom (Agence russe de l'énergie atomique), Serguéi Kirienko, ("l'industrie atomique civile ne nous a jamais causé d'ennui") le président, qui a été témoin de la catastrophe de Tchernobyl, est non seulement un très mauvais prophète, mais il souffre aussi probablement d'amnésie.

    De toute façon on n'a plus de raison de croire les déclarations de Poutine. Il parle et la caravane passe.

    Lire aussi:

    L'UE s'apprête à simplifier le régime de visas pour l'Ukraine
    Quand Poutine proposait à Bill Clinton de considérer la candidature russe à l’Otan
    Poutine-Trump: la rencontre la plus attendue du G20
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik