Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    La britannique Centrica veut s'offrir une part des pipe-lines d'exportation russes

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 14 février - RIA Novosti. Les initiatives énergétiques à long terme du G8 se sont réalisées d'une façon inopinée, écrit la Nezavissimaïa gazeta. Le ministre russe des Finances, Alexéi Koudrine, n'avait pas achevé sa phrase sur l'accès égal aux "canalisations d'exportation" que la plus grande compagnie de distribution de gaz britannique, Centrica, annonçait son intention d'acheter une part dans les pipe-lines d'exportation russes. Son attaché de presse a déclaré que, la semaine dernière, Centrica avait obtenu une participation dans certains réseaux aux Pays-Bas et s'apprêtait maintenant à étudier la possibilité de faire une acquisition analogue en Russie.

    "Si cela se produit, les investisseurs bougeront et nous aurons un afflux considérable de capitaux dans la branche. A l'heure actuelle Sourgoutneftegaz, Lukoil et d'autres producteurs de gaz sont obligés de vendre leur combustible bleu à Gazprom à son prix de revient de 20 ou 30 dollars les 1000 m3", affirme un analyste de la société d'investissement Solid, Denis Borissov.

    Le spécialiste est cependant sceptique face à l'initiative de la société britannique. "Gazprom ne cédera pas comme ça ses réseaux de transport de gaz. On ne sait pas encore qui est le plus fort, les libéraux qui préconisent l'égalité de l'accès ou l'équipe de Miller", prévient l'expert.

    Le service de presse de Gazprom a déclaré que le géant gazier n'admet pas de participation étrangère dans ses gazoducs. "L'accès égal aux livraisons de gaz et à l'acquisition de gazoducs, ce n'est pas la même chose", a dit le porte-parole du holding gazier.

    Cependant, l'accès égal aux réseaux de transport peut, tout seul, activer l'affluence de sociétés étrangères en Russie. Selon Denis Borissov, c'est la production de gaz qui les intéresse le plus, mais sans garanties de pouvoir vendre du gaz à l'étranger, ils ne viendront pas dans le pays.

    A noter que les représentants de Gazprom avaient évoqué la possibilité de l'acquisition de Centrica. Ce qui avait eu un grand retentissement en Angleterre. Peut-être la dernière déclaration de la société britannique est-elle sa manière de refuser d'être vendue au monopoliste russe, estime l'analyste de la société d'investissement Finam Timour Khaïroulline.

    Lire aussi:

    La Russie et l’Inde pourraient lancer un projet gazier d’envergure
    Les livraisons de gaz russe à la Turquie ont augmenté d'un quart en 2017
    Les exportations de gaz russe vers l’Europe augmentent de 12,3%
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik