Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Tbilissi opte pour la force dans le règlement du conflit osséto-géorgien (député)

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 14 février - RIA Novosti. La volonté déclarée de Tbilissi d'établir, d'ici 2007, sa souveraineté sur l'Ossétie du Sud prouve que la Géorgie a opté pour la force, a estimé le parlementaire russe Konstantin Kossatchev devant les journalistes à Moscou mardi.

    (L'Ossétie du Sud est une république autoproclamée sur le territoire de la Géorgie - NDLR.)

    "Fixer un délai signifie opter pour la force, car il est tout simplement impossible de prévoir le temps exact dans le processus politique ", a indiqué le président du Comité pour les Affaires internationales de la Douma d'Etat (Chambre basse du Parlement russe).

    Dimanche dernier, le ministre géorgien de la Défense, Irakli Okrouachvili, a déclaré que Tbilissi rétablirait son contrôle sur l'Ossétie du Sud avant la fin de l'année en cours.

    "Pour moi personnellement, le compte à rebours a d'ores et déjà commencé. Cette année, la Géorgie a deux tâches majeures à accomplir - réunifier la région de Tskhinvali (nom donné par les autorités géorgiennes à l'Ossétie du Sud - NDLR), processus qui entre dans sa phase active, et obtenir d'ici fin d'année le statut de pays candidat à l'adhésion à l'Alliance de l'Atlantique Nord", a déclaré Irakli Okrouachvili, en répondant à la question de savoir si sa déclaration selon laquelle le ministre de la Défense de la Géorgie célébrerait le Nouvel an 2007 à Tskhinvali tenait toujours.

    Konstantin Kossatchev a qualifié d'erreur cette déclaration du ministre géorgien de la Défense. "La déclaration d'Okrouachvili fixant un délai est une erreur de plus", a-t-il dit.

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik