Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Tbilissi opte pour la force dans le règlement du conflit osséto-géorgien (député)

    Russie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 14 février - RIA Novosti. La volonté déclarée de Tbilissi d'établir, d'ici 2007, sa souveraineté sur l'Ossétie du Sud prouve que la Géorgie a opté pour la force, a estimé le parlementaire russe Konstantin Kossatchev devant les journalistes à Moscou mardi.

    (L'Ossétie du Sud est une république autoproclamée sur le territoire de la Géorgie - NDLR.)

    "Fixer un délai signifie opter pour la force, car il est tout simplement impossible de prévoir le temps exact dans le processus politique ", a indiqué le président du Comité pour les Affaires internationales de la Douma d'Etat (Chambre basse du Parlement russe).

    Dimanche dernier, le ministre géorgien de la Défense, Irakli Okrouachvili, a déclaré que Tbilissi rétablirait son contrôle sur l'Ossétie du Sud avant la fin de l'année en cours.

    "Pour moi personnellement, le compte à rebours a d'ores et déjà commencé. Cette année, la Géorgie a deux tâches majeures à accomplir - réunifier la région de Tskhinvali (nom donné par les autorités géorgiennes à l'Ossétie du Sud - NDLR), processus qui entre dans sa phase active, et obtenir d'ici fin d'année le statut de pays candidat à l'adhésion à l'Alliance de l'Atlantique Nord", a déclaré Irakli Okrouachvili, en répondant à la question de savoir si sa déclaration selon laquelle le ministre de la Défense de la Géorgie célébrerait le Nouvel an 2007 à Tskhinvali tenait toujours.

    Konstantin Kossatchev a qualifié d'erreur cette déclaration du ministre géorgien de la Défense. "La déclaration d'Okrouachvili fixant un délai est une erreur de plus", a-t-il dit.

    Lire aussi:

    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik