Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Des sanctions pour les médias ayant blessé les sentiments religieux

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0

    MOSCOU, 15 février - RIA Novosti. Tout média ayant publié des matériaux blessant les sentiments religieux feront l'objet de sanctions prévues par la loi, jusqu'à la révocation de l'enregistrement, a annoncé mercredi le Service fédéral de surveillance des communications de masse et de l'héritage culturel.

    La publication par des médias occidentaux de caricatures du prophète Mahomet a provoqué une flambée de protestations dans les pays musulmans.

    Le 30 septembre dernier, le journal danois Jyllands-Posten avait publié des caricatures du prophète Mahomet qui ont été reproduites en janvier et février par des journaux étrangers, notamment français, allemands, norvégiens, australiens et italiens.

    Les pays musulmans ont réagi avec indignation. Une vague de protestations a suivi. Dans certains pays les manifestants ont attaqué les missions diplomatiques danoises. En Afghanistan, les casernes des contingents de paix danois et norvégien ont été agressées.

    Dix-sept pays arabes ont boycotté les produits danois. Une crise a éclaté dans les relations entre plusieurs capitales islamiques et les pays dont la presse avait reproduit les caricatures. L'Egypte, en signe de protestation, a suspendu toutes les opérations sur la monnaie danoise et norvégienne.

    Sous l'effet du retentissement de la publication des caricatures, le Haut Commissaire européen pour la politique extérieure et la sécurité, Javier Solana, a entrepris lundi une tournée de quatre jours au Proche-Orient. Au cours de son voyage il rencontrera les responsables de l'Arabie saoudite, de l'Egypte, de la Jordanie et de l'Autorité palestinienne.

    Lire aussi:

    Focus sur les plus étranges sanctions et leurs problèmes inattendus
    «Golfe Persique pour toujours»: Trump raillé par des caricaturistes iraniens
    Le renseignement danois avertit les soldats de l'Otan contre les «pièges à miel» russes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik