Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Rosneft compte prendre part au remplissage du futur oléoduc Russie-Chine

    Russie
    URL courte
    Energie (98)
    0 0 0

    "Nous comptons qu'à la fin de 2008 Transneft aura achevé la construction d'une canalisation bifurquée vers la Chine et Rosneft pourra la remplir partiellement avec le brut des gisements de Talakan et de Vankor"

    PEKIN, 22 mars - RIA Novosti. La compagnie pétrolière russe Rosneft compte être sollicitée pour remplir l'oléoduc Russie-Chine lorsqu'il sera construit, a déclaré mercredi dans un entretien avec les journalistes son président Serguéi Bogdantchikov.

    "Nous comptons qu'à la fin de 2008 Transneft aura achevé la construction d'une canalisation bifurquée vers la Chine et Rosneft pourra la remplir partiellement avec le brut des gisements de Talakan et de Vankor", a-t-il précisé.

    Rosneft a signé mardi avec ses partenaires chinois des accords prévoyant la création de deux entreprises conjointes, l'une en Chine et l'autre en Russie, a-t-il ajouté.

    L'entreprise implantée en Russie aura pour charge d'acquérir les licences pour la mise en valeur et l'exploitation de gisement de pétrole tandis que celle qui sera créée en Chine s'occupera du raffinage. Les deux entreprises doivent être opérationnelles avant la fin de l'année, a indiqué Serguéi Bogdantchikov.

    Le chef de Rosneft a annoncé d'autre part que la compagnie projette de s'installer sur le marché chinois des stations service. Elle a, de surcroît, demandé à la China National Petroleum Corporation (CNPC) son soutien pour lancer une IPO. "Rosneft a intérêt à se faire des partenaires compétents et fiables", a souligné Serguéi Bogdantchikov.

    Dossier:
    Energie (98)

    Lire aussi:

    Rosneft prévoit d'extraire 6,5 mds de m3 de gaz par an sur le plateau du Venezuela
    Gerhard Schröder pourrait présider le conseil d'administration de Rosneft
    Rosneft: Gerhard Schröder refuse tout salaire pour son travail au conseil d'administration
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik