Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Conflit israélo-libanais: pourquoi la Russie garde son sang-froid (Troud)

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 8 août - RIA Novosti. Depuis environ un mois et demi que dure la guerre d'Israël contre le Hezbollah sur le territoire du Liban, la diplomatie russe n'a fait que des démarches d'ordre secondaire en vue de contribuer au règlement pacifique. Elle n'a entrepris aucune action spectaculaire.

    Peut-être des décisions sont-t-elles prises au fond des couloirs en recourant aux méthodes d'une diplomatie secrète? C'est possible. Mais deux autres versions sont également plausibles. Premièrement, la Russie a perdu tous ses leviers d'antan pour influer sur les participants au drame proche-oriental. Son avis n'est pas pris en considération. Deuxièmement, la fin de la "guerre froide", de maigres ressources allouées en vue de "promouvoir" l'image de la Russie dans toutes les régions du monde, ainsi que l'absence d'intérêts commerciaux importants dans la région (sauf le pétrole irakien) expliquent pourquoi le Proche-Orient ne se trouve pas aujourd'hui parmi les grandes priorités de la politique extérieure de Moscou.

    Selon Boris Makarenko, chef adjoint du Centre des technologies politiques, "la Russie peut faire aujourd'hui moins que l'Union Soviétique il y a 15 ans, moins que peuvent faire les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France". Mais le paradoxe réside dans le fait que, lors de la phase "chaude" de la guerre, personne ne peut rien faire rapidement pour y mettre fin, estime le politologue.

    "Pour l'instant, l'Amérique et l'Europe font des manoeuvres d'attente, en comprenant que les affrontements entre Israël et le Hezbollah sont si violents qu'il est très difficile de les séparer. Lorsqu'il est impossible de faire quoi que ce soit, la partie dont on attend le moins peut gagner objectivement", estime M. Makarenko.

    C'est de la part de la Russie qu'on attend le moins. Les Américains et les Européens sont accablés de reproches de n'apporter aucune aide. Personne n'attend rien de la Russie, c'est pourquoi il n'y a pas de reproches. Aujourd'hui, toutes les grandes puissances se trouvent dans une situation difficile, aussi bien les Etats-Unis que la Russie. Leur tâche est de ne pas se quereller avec les Arabes, de sauvegarder leurs intérêts dans la région et de ne pas détériorer leurs rapports avec Tel-Aviv.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik