Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Litvinenko: un ex-espion libéré de prison pourrait témoigner

    Russie
    URL courte
    Affaire Litvinenko (169)
    0 11

    L'ancien agent du Service fédéral de sécurité (FSB), Mikhaïl Trepachkine, libéré après avoir purgé une peine de quatre ans de prison pour haute trahison, pourrait témoigner dans l'affaire d'Alexandre Litvinenko, a annoncé la veuve de ce dernier.

    MOSCOU, 7 décembre - RIA Novosti. L'ancien agent du Service fédéral de sécurité (FSB), Mikhaïl Trepachkine, libéré après avoir purgé une peine de quatre ans de prison pour haute trahison, pourrait témoigner dans l'affaire d'Alexandre Litvinenko, a annoncé la veuve de ce dernier.

    "On verra s'il obtient la liberté de déplacement, a déclaré Marina Litvinenko à l'agence Reuters. Si c'est officiellement possible, il m'a dit lui-même qu'il m'aiderait."

    Alexandre Litvinenko, ex-officier du Service fédéral de sécurité (FSB) russe, naturalisé en Grande-Bretagne, est décédé en novembre 2006. Il aurait été empoisonné au polonium-210, substance hautement radioactive, selon les autorités sanitaires britanniques qui n'ont toujours pas publié les résultats de l'autopsie. La Grande-Bretagne impute la responsabilité du meurtre à l'homme d'affaires russe Andreï Lougovoï, tandis que ce dernier rejette catégoriquement les accusations qu'il qualifie de politiquement motivées.

    La Russie a refusé d'extrader Andreï Lougovoï conformément à la Constitution qui exclut l'extradition des citoyens russes.

    Condamné en 2004 à quatre ans de prison pour haute trahison, Mikhaïl Trepachkine a quitté le 30 novembre dernier la prison de Nijni Taguil, dans l'Oural, et reste actuellement à Ekaterinbourg.

    M. Trepachkine a travaillé entre 1984 et 1997 au sein du KGB, rebaptisé depuis FSB. Il a été condamné pour avoir photocopié et enregistré sur disquette une série de documents confidentiels qu'il gardait chez lui.

    Dossier:
    Affaire Litvinenko (169)

    Lire aussi:

    Une nouvelle fusillade meutrière endeuille une cité de Seine-Saint-Denis
    Macron estime que ce n'est pas que lui qui a été sifflé le 14 juillet - vidéo
    «Kim Jong-un» charrie les armes françaises et s’invite au défilé du 14 juillet à Paris - vidéo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik