Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Gazprom pourrait "geler" Chtokman (Vedomosti)

    Russie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 22 juillet - RIA Novosti. Le géant Gazprom ne se limitera pas à reporter la mise en valeur du gisement de Bovanenkovo (Yamal): il n'exclut pas un retard dans la mise en exploitation du gisement de Chtokman en mer de Barents, note mercredi le journal Vedomosti.

    Parmi les projets gelés, Gazprom n'a jusqu'ici mentionné que la mise en valeur du gisement immense de Bovanenkovo: l'ajournement d'un an (jusqu'à la fin 2012) permettra au groupe d'économiser cette année presque 137 milliards de roubles (quelque 3 milliards d'euros). Mais récemment, Gazprom annonçait avoir corrigé d'autres projets. La grande surprise est liée à l'éventuel ajournement de la mise en exploitation de Chtokman.

    Jusqu'ici, les représentants de Gazprom assuraient que le projet serait lancé à la date prévue: la construction de la première phase (avec une production de 23,7 milliards de mètres cubes) devait être achevée en 2013, celle de la seconde (7,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an), en 2014. Mais ces délais peuvent être révisés "en raison de la situation sur le marché du gaz naturel", a récemment déclaré Gazprom.

    La date de mise en exploitation du gazoduc Nord Stream, qui reliera la Russie à l'Allemagne en passant par le fond de la mer Baltique, reste inchangée: le lancement de la première branche du pipeline est programmé pour 2011, celui de la seconde, en 2012. Or, cette seconde branche devait précisément être remplie avec le gaz provenant du gisement de Chtokman, note le directeur de East European Gas Analysis Mikhaïl Kortchemkine.

    Le porte-parole de Gazprom ne commente pas la possibilité de reporter la date de lancement du gisement de Chtokman. Conformément au plan approuvé en décembre dernier, les investissements dans ce gisement cette année devaient se chiffrer à 37,1 milliards de roubles (840 millions d'euros), et les investissements à long terme à 18,5 milliards de roubles (419 millions d'euros) supplémentaires. Le coût total de la première phase du projet était évalué à 15 milliards de dollars (selon le cours de 2006).

    Gazprom a reporté les délais de réalisation de plusieurs projets. Les investissements de la compagnie dans ces projets devaient se chiffrer en 2009 à 12,4 milliards de roubles (281 millions d'euros). La mise en oeuvre de projets étrangers, auxquels elle envisage de consacrer 10,9 milliards de roubles (247 millions d'euros), pourrait retarder la réalisation de ses plans en Venezuela, notamment le début du forage du champ Urumaco-2.

    Cet article tiré de la presse russe n'engage pas la responsabilité de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    Gazprom révise l'estimation du coût du gazoduc Turkish Stream à la hausse
    La Russie et l’Inde pourraient lancer un projet gazier d’envergure
    Les USA forceraient l’UE à renoncer au gazoduc Nord Stream 2
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik