Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Présidentielle russe 2012: Poutine "intéressé plus que quiconque"

    Russie
    URL courte
    0 0 0

    Le premier ministre russe Vladimir Poutine a avoué que l'élection présidentielle russe de 2012 l'intéressait "plus que quiconque", dans une interview au quotidien moscovite Kommersant.

    Le premier ministre russe Vladimir Poutine a avoué que l'élection présidentielle russe de 2012 l'intéressait "plus que quiconque", dans une interview au quotidien moscovite Kommersant.

    "Elle m'intéresse comme... j'allais dire comme tout le monde, mais en fait, elle m'intéresse plus que quiconque. D'ailleurs, je n'en fais pas une obsession", a indiqué M.Poutine, rejetant ainsi la supposition du journaliste selon laquelle M.Poutine avait déjà décidé de l'issue de la prochaine présidentielle, parce qu'il avait l'air de ne pas s'y intéresser.

    "En général, notre pays se développe normalement, je ne vois pas de problèmes graves. La crise a certainement ralenti notre développement, mais d'autre part, elle nous a aidés à nous concentrer sur nos priorités… Il faut que les problèmes de 2012 ne nous écartent pas de cette voie de développement durable. La lutte politique, qui est un élément incontournable de telles périodes (électorales-ndlr.), peut détourner l'attention de la société et de l'Etat de l'économie, mais c'est le prix à payer pour que la société et l'Etat restent compétitifs", a ajouté M.Poutine.

    A la question de savoir s'il se mettrait d'accord avec le président russe Dmitri Medvedev sur la candidature du prochain chef de l'Etat, M.Poutine a déclaré: "C'est la pratique mondiale! Le président américain propose toujours une candidature à sa succession avant de quitter son poste. Qu'y-a-t'il d'anormal dans le fait que celui qui part propose un candidat à son pays, parce qu'il sait qu'il s'agit d'une personne honnête, d'un professionnel qui saura remplir efficacement ses fonctions?".

    Selon les récents sondages d'opinion, M.Poutine est moins populaire auprès des Russes qu'avant.

    Le premier ministre russe a avoué qu'il ne souffrait d'aucune dépendance grave vis-à-vis de sa côte de popularité. "Plus un homme politique se préoccupe de sa popularité, plus vite il la perd. Il a des phobies de toutes sortes et réfléchit sans cesse aux conséquences de ses décisions pour sa popularité (…) Cela se répercute sur les résultats de ses activités et les gens le voient bien", a conclu M.Poutine.

    Lire aussi:

    Au baromètre de la confiance internationale, Poutine bat Trump
    Que fera Vladimir Poutine s'il n'est plus Président en 2018?
    Poutine: le vrai Trump est différent de celui qu'on voit à la télé
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik