Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou

    Les investisseurs autrichiens regardent à nouveau vers la Russie

    © Photo. Wikipedia/GURken
    Russie
    URL courte
    12393

    Les investisseurs autrichiens sont les premiers parmi leurs collègues occidentaux à se décider à revenir en Russie pour y installer leur production. Ils sont attirés par les conditions économiques actuelles, extrêmement favorables aux investissements.

    Le récent regain d'intérêt des investisseurs autrichiens pour la Russie fait l'objet d'un article publié par Die Presse. Selon un rapport récent de la Chambre fédérale autrichienne de l'économie, une tendance importante est apparue l'année dernière: les entreprises autrichiennes sont de plus en plus intéressées par la localisation et par l'ouverture de nouvelles structures en Russie.

    Selon Dietmar Fellner, représentant des cercles d'affaires autrichiens à Moscou cité par Die Presse, près d'une dizaine de sociétés autrichiennes analysent attentivement la situation pour organiser la production locale en Russie.

    Quelles sont les raisons de ce regain d'intérêt pour la Russie manifesté par les entreprises autrichiennes? Le taux de change favorable permet aux investisseurs étrangers de réduire leurs dépenses liées à la main-d'œuvre et à l'infrastructure. Autre atout, la baisse du rouble favorise l'exportation des marchandises produites sur le territoire russe.

    Die Presse indique que le décret gouvernemental demandant aux entreprises d'Etat d'acheter essentiellement la production russe pousse les sociétés occidentales à rechercher des moyens de localisation, afin que leurs marchandises portent le logo "Produit en Russie".

    Lire aussi:

    La Russie a-t-elle trouvé une alternative aux exportations de pétrole?
    La Russie veut livrer son eau potable en Chine
    La Russie favorable à la reforme du Conseil de sécurité de l'Onu
    L'Autriche s'octroie le droit de fermer la porte aux migrants
    Tags:
    investissements, investisseur, Autriche, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik