Ecoutez Radio Sputnik
    Ministère des Affaires étrangères

    Lavrov: si Paris accuse Damas, cela n’aidera pas la Syrie!

    © Sputnik . Maxim Blinov
    Russie
    URL courte
    56500

    La proposition de Paris de condamner Damas pour l'utilisation éventuelle d'armes chimiques ne contribuera aucunement à la mise en œuvre des accords conclus précédemment sur la Syrie, a martelé Sergueï Lavrov.

    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est persuadé que la proposition de Paris de condamner Damas pour l'utilisation éventuelle d'armes chimiques ne fera pas avancer la réalisation des accords conclus précédemment sur le dossier syrien.

    « Nous ne devrions pas évoquer la nécessité de la guerre totale contre le régime (de Damas), comme le fait mon homologue français (Jean-Marc Ayrault). Mieux vaut parler de la mise en œuvre des approches de la communauté internationale, convenues de manière collective, équilibrées et visant un règlement politique», a annoncé aujourd'hui M. Lavrov devant les journalistes.

    Cette déclaration intervient en réponse aux propos du ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, qui a déclaré que Paris envisageait d'adopter la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies sur la Syrie dans le cadre de l'utilisation d'armes chimiques dans la région. Parallèlement, la partie française en accuse Damas.

    La mission conjointe de l'Onu et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques(OIAC) a émis un rapport accusant les autorités syriennes d'avoir effectué une attaque chimique à Idlib le 16 mars 2015.
    Pourtant, l'ambassadeur russe auprès de l'Onu Vitali Tchourkine est persuadé que le rapport en question n'a pas de valeur juridique et est peu convaincant.

    M. Tchourkine a notamment indiqué que les conclusions du rapport n'étaient pas définitives et ne pouvaient pas être considérées comme des accusations ayant des conséquences juridiques. Dans le même temps, le diplomate russe a appelé Damas à ouvrir « une large enquête nationale » concernant l'utilisation d'armes chimiques en vertu de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques.

    En outre, les experts du ministère russe de la Défense ont confirmé cette semaine l'utilisation par les terroristes des armes chimiques dans le sud-ouest d'Alep.

    Un peu plus tard, Moscou a demandé à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) d'envoyer ses experts à Alep, en Syrie, afin d'analyser des échantillons de substances toxiques utilisées par les terroristes dans la région. Ce à quoi l'organisation a répondu par la négative, prétextant un degré élevé de danger, bien que Moscou et Damas aient promis d'assurer pleinement la sécurité de l'opération. Comme les échantillons de substances toxiques des terroristes effrayaient par trop l'OIAC, la partie russe a décidé de régler le problème elle-même. Moscou envisage actuellement la possibilité de livrer lui-même les échantillons recueillis à la Haye à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    L’OIAC a "peur" des armes chimiques des terroristes, Moscou va s’en charger
    Erdogan: «les terroristes en Syrie et en Irak se servent des armes de l'Otan»
    Poutine et Obama: consacrer les deux prochains mois à la Syrie
    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Tags:
    terrorisme, armes chimiques, Jean-Marc Ayrault, Sergueï Lavrov, Syrie, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik