Russie
URL courte
5470
S'abonner

Il ne faut pas mettre dans le même panier le projet de Constitution syrienne proposé par la Russie aux parties syriennes et «la constitution imposée à l'Irak» par les Etats-Unis, martèle le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Moscou estime qu'il est erroné de comparer le projet de Constitution proposé par la Russie aux parties syriennes lors des négociations d'Astana et celle qui a été rédigée par les américains pour l'Irak, a annoncé Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, lors de sa rencontre avec l'opposition syrienne ce vendredi à Moscou.

« Un membre de l'opposition a récemment dit que la Constitution devrait être écrite par le peuple syrien lui-même et a comparé le projet en question avec la constitution imposée à l'Irak par Paul Brennan, le représentant des États-Unis, qui était en fait le gouverneur général dans ce pays occupé. »

Sergueï Lavrov a rencontré l'opposition syrienne
© Sputnik . Ilya Pitalev
Sergueï Lavrov a rencontré l'opposition syrienne

Le ministre souligne qu'« en Irak, il est question d'envahisseurs qui ont écrit une constitution qui a été imposée au peuple irakien comme un texte sans possibilité de compromis. »

M. Lavrov a ajouté que « le projet était une tentative de rassembler et de trouver des points communs entre les approches présentées par le gouvernement et l'opposition au cours de ces dernières années. »

Moscou ne cherche pas à imposer aux Syriens un projet de Constitution, il ne s'agit que de propositions nécessaires afin d'entamer « un travail concret ».

« Nous sommes convaincus, sur la base d'une expérience acquise pendant environ cinq ans, que si l'on ne met pas sur la table des propositions concrètes, nous ne parviendrons jamais à entamer un travail concret », détaille Sergueï Lavrov.

La Russie a remis à l'opposition syrienne son projet de Constitution dans le cadre des négociations d'Astana. Le document prévoit, entre autres, l'extension des pouvoirs du parlement et établit la supériorité du droit international sur le droit intérieur.

Auparavant, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait annoncé que le projet de Constitution syrienne proposé par la Russie était un ensemble d'idées proposée comme base de discussion et que personne ne contraindrait les Syriens à l'adopter, car c'est aux Syriens de décider de tout.

Des négociations multilatérales consacrées à la situation en Syrie se sont déroulées du 23 au 24 janvier à Astana, au Kazakhstan. Ayant pour objectif principal de trouver un terrain d'entente sur l'après-conflit en Syrie en totale coordination avec les efforts des Nations Unies, elles ont accueilli notamment 27 des 31 groupes de l'opposition syrienne ayant convenu de former une délégation unique qui a représenté leurs intérêts lors de la rencontre.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Le texte du projet de constitution syrienne proposé par la Russie révélé
Rencontre d’Astana: Lavrov parle des tentatives de remplacer l’opposition par des exilés
Pour Lavrov, l’Occident rejette sa faute sur autrui en accusant la Russie d’ingérence
«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
Tags:
Constitution, Sergueï Lavrov, Syrie, Irak, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook