Russie
URL courte
3221
S'abonner

Les nouvelles sanctions adoptées récemment par les États-Unis n’ont pour le moment aucune incidence sur les projets pétroliers et gaziers de la Russie, a déclaré le ministre russe de l’Énergie, Aleksandr Novak.

Le 2 août, le Président américain Donald Trump a signé une loi prévoyant d'élargir les sanctions contre la Russie. Les nouvelles restrictions interdisent en particulier aux entreprises américaines et aux particuliers américains d'accorder des prêts aux banques russes pour une période supérieure à 14 jours (auparavant cette période était de 90 jours). De plus, la période du financement des sociétés russes du secteur du pétrole et du gaz est également limitée.

«La nouvelle loi américaine sur les sanctions antirusses est assez compliquée et nécessite une analyse approfondie et des éclaircissements. Pour le moment, il est indispensable d'attendre une explication officielle de la part des autorités américaines sur les caractéristiques spécifiques de son application. Nos projets vont bon train et aucun changement n'a été constaté», a indiqué le ministre russe de l'Énergie, Aleksandr Novak, au journal «Neftegazovaya Vertikal».

Le ministre a en outre tenu à souligner que les sanctions n'auraient pas d'impacts considérables sur le projet Nord Stream, dont la capacité concurrentielle serait irréfutable.

«Grâce au projet, l'acheminement du gaz sera de 2.000 km plus court que celui-ci qui est effectué à travers l'infrastructure actuelle, et le coût total d'un tel acheminement est deux fois meilleur marché. On prévoit que l'import du gaz vers l'Europe augmentera à l'avenir vu la réduction de la production nationale et la croissance progressive de la demande. Le potentiel du marché européen est estimé à 100 milliards de mètres cubes de gaz, ce que nous sommes en mesure de livrer. C'est pour cela que nous ne craignons pas la concurrence», a-t-il précisé.

Nord Stream: vers l'Europe via la Baltique
© Sputnik
Nord Stream: vers l'Europe via la Baltique

Le projet de gazoduc Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites longues de 1.200 km reliant le littoral russe à l'Allemagne, par la mer Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes par an. Le chantier doit être terminé avant la fin de l'année 2019, et le coût du projet est évalué à 9,9 milliards d'euros.

Le tracé du Nord Stream 2 suit celui du gazoduc Nord Stream, opérationnel depuis 2011. Ce nouveau pipeline, qui tiendra compte de toutes les exigences écologiques, satisfera environ un tiers de la demande européenne en gaz, d'après le site officiel de Nord Stream 2.

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
Les USA et les alliés de l'Otan entameront leur retrait d'Afghanistan le 1er mai
De Lyon à Moscou pour le vaccin russe: un avocat français livre à Sputnik son expérience
Tags:
Alexandre Novak, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook