Russie
URL courte
13381
S'abonner

Les autorités de la Crimée considèrent comme absurdes les accusations de Kiev concernant l’attribution forcée de la nationalité russe aux habitants de la péninsule et le peuplement de la région par des Sibériens.

Les accusations concernant l'attribution forcée de la nationalité russe aux habitants de la Crimée et le peuplement de la péninsule par des représentants d'ethnies sibériennes sont absurdes, a indiqué Georgy Mouradov, vice-premier-ministre du gouvernement de la région, en réponse aux propos d'une députée ukrainienne.

«C'est une déclaration étrange et absurde. On peut inventer beaucoup de choses, on peut même aller sur la Lune. Mais ce ne sont que de pures fantaisies. Personne ne déplace de force personne en Russie et ne peut déplacer parce que la Russie est un État démocratique. Elle ne procède pas à des nettoyages ethniques», a déclaré M.Mouradov.

Auparavant, Irina Friz, député de la Rada, parlement ukrainien, avait accusé les autorités russes d'attribuer de force de la nationalité russe à des habitants de la péninsule et à déplacer des peuples sibériens vers la Crimée.

Kiev considère toujours la Crimée comme une partie de l'Ukraine et comme un territoire occupé par la Russie.

La Crimée et la ville de Sébastopol sont redevenues russes à l'issue d'un référendum tenu en mars 2014 alors que faisait rage en Ukraine la crise politique consécutive au renversement du président Viktor Ianoukovitch. Lors de ce scrutin, dont les résultats ne sont pas reconnus par Kiev et ses partenaires occidentaux, plus de 96% des votants se sont prononcés en faveur de la réunification avec la Russie.

Lire aussi:

«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Plus de 20.000 manifestants pour réclamer justice pour Adama, des gaz lacrymogènes tirés
Un homme tabassé après avoir chassé des manifestants avec une machette aux USA – vidéo choc
Camélia Jordana intervient et perturbe un contrôle de police en plein Paris
Tags:
référendum, péninsule, région, députés, accusations, Rada suprême, Sibérie, Kiev, Russie, Ukraine, Crimée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook