Russie
URL courte
2101
S'abonner

Après la catastrophe aérienne survenue ce mercredi dans l’Extrême-Orient russe, la mère d’une fille de trois ans, unique survivante, a raconté ce qu’elle a vécu après le drame.

La fille de Maria Léontieva devait déjà être chez sa grand-mère et son frère, lorsque la femme a composé leur numéro pour demander comment s'était passé le vol. L'enfant de trois ans, accompagnée de sa maîtresse, avait pris ce matin un vol pour Nelkan, petit village de l'Extrême-Orient russe, pour se rendre chez ses proches, mais l'avion n'est pas arrivé à destination.

«C'était mon fils qui a décroché et m'a dit: "Maman, on a dit à l'école que l'avion s'était écrasé."», raconte-t-elle à l'agence de presse Khabarovski kraï segodnia.

«J'ai téléphoné à mes amis à Nelkan, ils m'ont répondu: "L'avion n'est pas arrivé à destination". Et avant d'apprendre que ma fille était en vie, j'étais affolée. Seuls les médicaments m'aident à tenir le coup, c'est très dur», confie-t-elle.

L'avion de ligne qui reliait Khabarovsk à Nelcan, deux villes de l'Extrême-Orient russe séparées de 1024 km, s'est écrasé ce mercredi matin, faisant six morts, dont deux membres d'équipage. Seul un enfant a survécu. La fillette a eu une commotion cérébrale et plusieurs fractures. Elle est dans un état grave, mais stable.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Tags:
crash d'avion, Khabarovsk, Extrême-Orient, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook