Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères

    Lavrov sur la présence US en Syrie: «On nous a répondu quelque chose d’inintelligible»

    © Sputnik . Ilia Pitalev
    Russie
    URL courte
    9412

    Sergueï Lavrov a qualifié d’«absurdes» les déclarations du Pentagone selon lesquelles les troupes américaines se trouveraient en Syrie suite à une décision du Conseil de sécurité de l’Onu.

    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a commenté les propos du secrétaire américain à la Défense, James Mattis, qui avait affirmé que l'Onu avait autorisé les États-Unis à entrer sur le territoire syrien car elle avait adopté des résolutions contre Daech.

    «Nous avons aussitôt contacté le département d'État afin de savoir de quelle décision il était question concrètement. On nous a répondu quelque chose d'inintelligible et la personne qui a répondu se rendait parfaitement compte de l'absurdité des déclarations sur les soi-disant fondements légitimes de la présence des forces armées américaines en Syrie», a déclaré Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse à l'issue de négociations avec son homologue argentin Jorge Faurie.

    Le ministre a ajouté que le dialogue se poursuivait.

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait précédemment rappelé que seul le Conseil de sécurité de l'Onu était habilité à prendre une décision portant sur un recours à la force militaire, et qu'il n'avait pas délivré une telle autorisation à Washington. Selon Maria Zakharova, tout porte à croire que les États-Unis se proposent de «garder une part du territoire syrien et d'y rester autant qu'ils le voudraient».

    Lire aussi:

    Le Pentagone indique le nombre d’effectifs américains en Syrie
    Armée US en Syrie: l’Onu n’a pas le droit d’autoriser une présence militaire dans des pays
    Syrie: la présence US sans l’accord de Damas est une violation des fondements de l'Onu
    Tags:
    présence militaire, ONU, James Mattis, Sergueï Lavrov, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik