Ecoutez Radio Sputnik
    Le Kremlin de Moscou et le drapeau russe

    Moscou explique pourquoi les USA usent de la rhétorique sur «l’ingérence russe»

    © Sputnik . Vladimir Vyatkin
    Russie
    URL courte
    8302

    Les allégations du Département de la sécurité intérieure des États-Unis selon lesquelles la Russie envisage de s’ingérer dans les élections parlementaires de 2018 sont conçues pour «l’utilisateur intérieur», estime le premier directeur adjoint du Comité international du Conseil de la Fédération de Russie.

    Le sénateur russe Vladimir Jabbarov s'est prononcé sur les spéculations de l'administration américaine sur la soi-disant «ingérence russe» dans les élections parlementaires à venir.

    «Évidemment, c'est du n'importe quoi. Maintenant, nous nous penchons sur notre propre élection qui aura lieu en mars prochain», a affirmé à Sputnik M. Jabbarov.

    «Mais qui a vraiment besoin de leurs élections? Peu importe si le sénateur X ou le sénateur Y est élu au Congrès, cela ne changera rien», a-t-il indiqué.

    À l'en croire, les hommes politiques américains chercherait ainsi à «gagner des points supplémentaires et à élever la barre des tensions de la campagne électorale».

    La Russie a rejeté à plusieurs reprises les allégations selon lesquelles elle avait cherché à influencer les élections dans différents pays. Le porte-parole de la Présidence russe, Dmitri Peskov, a qualifié ces accusations de dénuées de tout fondement.

    En s'exprimant sur l'ingérence présumée de Moscou dans les élections aux États-Unis, en France et en Allemagne, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a, à son tour, indiqué qu'aucun fait ne le prouvait.

    Lire aussi:

    La Russie «ne peut et ne veut pas» s'ingérer dans les élections à l'étranger
    La Russie n’utilisera pas ses Forces aérospatiales pour contrer les missiles US en Syrie
    La Première ministre norvégienne évoque des tentatives d’ingérence dans les élections
    Tags:
    ingérence russe, spéculations, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik