Ecoutez Radio Sputnik
    Nord-Coréens

    Sanctions contre Pyongyang: la Russie entame l’expulsion des ouvriers nord-coréens

    © Sputnik. Vadim Vodyanitsky
    Russie
    URL courte
    14439

    Les autorités de certaines régions russes ont commencé à expulser les ouvriers nord-coréens en application d’une décision du Conseil de sécurité de l’Onu, selon l’ambassadeur russe à Pyongyang.

    Alexandre Matsegora, ambassadeur russe à Pyongyang, a annoncé que les autorités russes avaient entamé l'expulsion des ouvriers nord-coréens.

    «L'interdiction des ouvriers nord-coréens sera sensible pour l'économie russe, mais nous appliquons strictement les décisions du Conseil de sécurité de l'Onu», a-t-il déclaré.

    Selon le diplomate, la Russie délivre annuellement de 12.000 à 15.000 visas aux citoyens nord-coréens. 90% d'entre eux sont des visas de travail de courte durée. Au total, environ 35.000 Nord-Coréens ont travaillé en Russie, essentiellement dans le bâtiment, l'agriculture et la pêche.

    L'ambassadeur a noté que les ouvriers nord-coréens touchaient, en moyenne, autant que les citoyens russes. Le salaire d'un ouvrier suffisait à «nourrir une famille de 13 membres». Il a précisé que les ouvriers ne touchaient que 40 à 50% de leur salaire, le reste étant versé aux autorités nord-coréennes.

    Le 23 décembre dernier, Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté de nouvelles sanctions à l'égard de Pyongyang en réponse au tir de missile balistique effectué le 29 novembre. Le document adopté limite l'approvisionnement en pétrole de la Corée du Nord et exige que tous les pays accueillant des travailleurs nord-coréens les expulsent.

    Il s'agit du neuvième train de sanctions onusiennes particulièrement drastiques contre Pyongyang. Les trois derniers ont été adoptés sous l'impulsion de Washington après des essais de missiles et un test nucléaire menés par la Corée du Nord.

    Tags:
    ouvrier, expulsions, Conseil de sécurité de l'Onu, Corée du Nord, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik