Ecoutez Radio Sputnik
    Ministère russe des Affaires étrangères

    Affaire Skripal: Zakharova liste les pays qui auraient pu produire l’agent Novitchok

    © Sputnik . Natalya Seliverstova
    Russie
    URL courte
    Affaire Skripal (109)
    23853

    En Russie et en Union soviétique, il n’y a jamais eu de recherches sur l’élaboration de produits chimiques avec pour nom de code «Novitchok» (A-234), ce nom étant inventé et «utilisé en tant qu’élément chimique et matériel de l'action toxique en Occident», a déclaré Maria Zakharova, précisant les pays qui auraient pu le concevoir.

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré qu'en Russie et en Union soviétique, «il n'y a jamais eu de recherches qui auraient porté comme titre ou nom de code "Novitchok" (A-234)».

    «C'est un élément clé: jamais, en Union soviétique ou en Russie, le mot "Novitchok" (A-234) n'a été utilisé pour le développement d'éléments chimiques», a-t-elle poursuivi à la télévision russe.

    Dans le même temps, la Première ministre britannique Theresa May a volontairement utilisé un «nom cliché», le Novitchok (A-234), dans le but de sous-entendre des «liens avec la Russie, ou simplement avec quelque chose de russe», ajoute Mme Zakharova.

    «Le plus probable est que la source d'origine de ce produit chimique soient les pays qui ont mené des recherches intensives sur les substances du projet "Novitchok" (A-234) depuis la fin des années 90. Donc le Royaume-Uni, la Slovaquie, la République tchèque, la Suède et peut-être les Etats-Unis», a-t-elle révélé.

    «Comment en sont-ils venus à la conclusion d'une trace étant spécifiquement liée à la Russie s'ils ne nous ont pas donné ces échantillons? Après tout, selon toute logique, ils n'ont pas cette substance et ne devraient pas l'avoir. Avec quels échantillons l'ont-ils comparée chez eux pour tirer cette conclusion? La réponse s'impose d'elle-même: cela veut dire qu'ils ont des échantillons qu'ils cachent ou que ce sont des mensonges du début à la fin», a-t-elle conclu.

    Sergueï Skripal, un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, ainsi que sa fille, ont été retrouvés inconscients le 4 mars 2018 aux abords d'un centre commercial de Salisbury, au Royaume-Uni. Selon les enquêteurs britanniques, il s'agit d'un empoisonnement au gaz Novitchok (A-234).

    Recruté comme agent double par les services britanniques en 1995 et condamné en Russie à 13 ans de prison pour trahison, M. Skripal a obtenu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis.

    Le 11 mars, la Première ministre britannique Theresa May a accusé la Russie d'implication dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations.

    Dossier:
    Affaire Skripal (109)

    Lire aussi:

    Affaire Skripal: Londres transmettra à l’OIAC des échantillons de la substance toxique
    Affaire Skripal: la Russie ouvre sa propre enquête
    Moscou: Londres pourrait avoir la formule chimique de l'agent Novitchok
    Tags:
    produit chimique, gaz, Sergueï Skripal, Theresa May, Maria Zakharova, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik