Ecoutez Radio Sputnik
    La construction du pont de Crimée

    Plan ukrainien de bloquer le pont de Crimée: du délire, selon un ministre criméen

    © Sputnik . Aleksey Pavlishak
    Russie
    URL courte
    15365

    La déclaration d’un dirigeant de l’Assemblée des Tatars de Crimée sur l’intention de bloquer la circulation sur le pont de Crimée n’est pas passée inaperçue sur la péninsule.

    Dmitri Polonski, vice-premier ministre et ministre de la Politique intérieure, de l'Information et des Communications de Crimée, a commenté la déclaration de Lenour Islamov, l'un des chefs de file de l'Assemblée des Tatars de Crimée (Majlis), concernant les projets de bloquer la circulation sur le pont de Crimée.

    «La maladie commence à progresser et ils se mettent à inventer toute sorte de projets», a confié M. Polonski à RT.

    Selon lui, les projets visant à bloquer la circulation sur le pont de Crimée ne seront jamais réalisés.

    «C'est du délire. Jamais de la vie cela n'aura lieu. Je tiens à rappeler que cela vient de personnes qui ont raconté qu'aucun pont n'existait et que la Russie ne le construirait jamais. À présent, nous constatons que les travaux touchent à leur fin sur sa partie routière», a souligné le responsable.

    De tels propos doivent être accueillis «avec compassion et sourire, sans y prêter attention», a-t-il ajouté.

    Le vice-premier ministre criméen a été ferme à leur égard: «C'est des malades», a-t-il résumé.

    Dans une interview accordée au site d'information ukrainien Obozrevatel, Lenour Islamov a proposé d'enregistrer toutes les voitures passant par le pont et de frapper de sanctions les personnes à leur bord. Selon lui, le Majlis se proposait de «tout faire» pour perturber la circulation sur le pont.

    En Russie, Lenour Islamov est accusé d'avoir commis un acte de sabotage contre la Crimée: en 2015, la destruction par explosion des pylônes de quatre lignes à haute tension approvisionnant la Crimée a laissé la péninsule sans électricité. En outre, il est poursuivi dans le cadre de l'affaire sur la création d'un bataillon dans le sud de l'Ukraine près de la frontière criméenne.

    L'Assemblée des Tatars de Crimée est reconnue en Russie comme une organisation extrémiste et ses dirigeants (Lenour Islamov, Moustafa Djemilev et Refat Tchoubarov) ont quitté la Crimée après sa réunification avec la Russie.

    Lire aussi:

    Les 1.000 premiers véhicules ont déjà traversé le pont de Crimée (vidéo)
    «Paroles creuses»: réponse russe sur de prétendus problèmes concernant le pont de Crimée
    Le Kremlin annonce quand Vladimir Poutine assistera à l'inauguration du pont de Crimée
    Tags:
    blocage, sanctions, Pont de Crimée, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik