Ecoutez Radio Sputnik
    Les drones lancés contre les bases russes en Syrie

    Drones des terroristes en Syrie: Moscou pointe du doigt les responsables

    © Sputnik . le ministère russe de la Défense
    Russie
    URL courte
    311230

    La création des drones utilisés par les terroristes en Syrie et abattus par les forces aérospatiales russes aurait été impossible sans l’assistance technique de pays développés, selon le ministre russe de la Défense.

    Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a évoqué ce mercredi 4 avril les équipements et matériels utilisés par les terroristes en Syrie.

    «Les terroristes utilisent des moyens d'attaque modernes, notamment des drones. Ces drones que les terroristes utilisent en Syrie sont dotés de munitions et sont capables d'agir à une distance de plus de 100 km», a fait savoir le ministre lors d'une conférence internationale sur la sécurité.

    Sergueï Choïgou a signalé que «leur création aurait été impossible sans la contribution technique de pays développés».

    «Ces trois derniers mois, nous avons détruit 17 appareils de ce genre», a-t-il ajouté.

    Le 6 janvier, les djihadistes de Syrie ont pour la première fois utilisé de manière massive des drones pour attaquer la base aérienne de Hmeimim et la base de soutien logistique de Tartous. L'attaque a été repoussée. Sept drones ont été abattus, tandis que le contrôle de six autres avait été pris par des unités de guerre électronique.

    Selon le ministère russe de la Défense, les solutions d'ingénierie auxquelles les terroristes ont eu recours ne pouvaient provenir que d'un pays possédant de hautes capacités technologiques.

    Lire aussi:

    Attaques terroristes des bases russes en Syrie: qui a fourni les drones?
    La Russie déjoue une attaque terroriste de drones contre la base aérienne de Hmeimim
    Attaque de drones contre Hmeimim et Tartous: «nouvelle page dans l’histoire du terrorisme»
    Tags:
    drone, Sergueï Choïgou, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik