Russie
URL courte
2250
S'abonner

Pourquoi la célèbre société russe Kalachnikov a-t-elle obtenu l’entreprise russe de recherche et de production Molniya, qui produisait à l’époque de l’URSS les navettes spatiales Bourane? Sputnik a interrogé à ce sujet le directeur général du conglomérat d'État russe Rostec.

L'entreprise russe de recherche et de production Molniya, qui fabriquait les navettes spatiales soviétiques Bourane, a été intégrée dans la célèbre société russe Kalachnikov pour que cette dernière puisse construire des «fusées», a indiqué à Sputnik le directeur général du conglomérat d'État russe Rostec, Sergueï Chemezov.

L'entreprise russe de recherche et de production Molniya «est une plateforme de production dont le conglomérat Kalachnikov a besoin pour fabriquer des fusées», a notamment souligné M.Chemezov.

Il n'a toutefois pas donné plus de détails sur cette transaction. En outre, selon M.Chemezov, il ne dispose pas d'informations sur une éventuelle création d'un analogue aux navettes spatiales soviétiques Bourane.

Plus tôt, selon le journal russe Kommersant, le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine avait ordonné de reconstruire et développer un équivalent des Bourane s'appuyant sur de nouvelles technologies.

La navette Bourane est le premier vaisseau spatial réutilisable créé en URSS. La Bourane était destinée à accomplir des missions militaires, à placer en orbite des engins spatiaux et à les desservir. Les travaux de conception des Bourane ont duré plus de 10 ans. La première version taille réelle de la navette Bourane a été construite en 1984.

Lire aussi:

«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
Tags:
fusée, navette spatiale, Bourane, Rostec, Kalachnikov, Dmitri Rogozine, Sergueï Chemezov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook