Ecoutez Radio Sputnik
    Aéroport de Moscou-Domodedovo

    À l'aéroport de Moscou-Domodedovo, un individu interpellé ayant dit posséder un explosif

    © Sputnik . Anton Denisov
    Russie
    URL courte
    1010

    À l'aéroport international Moscou-Domodedovo, un homme a été interpellé, ce après qu'il a affirmé être en possession d’un engin explosif. Sa menace s’est révélée fausse, a déclaré à Sputnik une source au sein de l’aéroport.

    Un hooligan a provoqué une grande panique dans l'aéroport international Moscou-Domodedovo ce vendredi. L'homme a déclaré qu'il était en possession d'un engin explosif, mais sa menace ne s'est pas confirmée, a signalé à Sputnik le porte-parole de l'aéroport, Alexandre Vlassov. La police a procédé à des vérifications, selon le parquet des transports.

    ​«Lors de l'inspection à l'entrée de l'aéroport, un passager a annoncé posséder un explosif. Par conséquent, les mesures de sécurité prévues pour ce type d'événement ont été prises. Aucun danger n'a été détecté», a expliqué M.Vlassov.

    La police affirme n'avoir découvert sur l'individu aucun objet dangereux et examine la possibilité de lancer des poursuites. Selon les informations préliminaires, l'homme souffre de troubles psychiques et est inscrit auprès d'un établissement médical compétent, a précisé à des médias russes une source renseignée des services d'urgence.

    La porte-parole du parquet des transports, Ekaterina Korotkova, a pointé que la nationalité du hooligan, qui va bien, est encore inconnue. Actuellement, le fonctionnement de l'aéroport a repris son cours normal, les portes d'entrée fonctionnent en régime normal.

    Lire aussi:

    Lorsqu’un passager déclare avoir une bombe dans un aéroport de Moscou
    Une nouvelle explosion entendue à l'aéroport de Hama
    Le conducteur qui aurait transporté des explosifs dans sa voiture, arrêté à Bruxelles
    Tags:
    fausse alerte, hooliganisme, hooligans, explosifs, menaces, aéroport Domodedovo, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik