Russie
URL courte
7525
S'abonner

En Crimée, des archéologues ont mis au jour un charnier remontant au Bas Moyen-Âge, indiquent-ils eux-mêmes dans un communiqué. Selon eux, les personnes dont les squelettes ont été retrouvés auraient été enterrées vivantes.

Lors de fouilles archéologiques dans la nécropole de Kyz-Aoul, dans l'est de la Crimée, des spécialistes ont découvert un charnier humain datant du début du Moyen-Âge, selon le fonds russe Archéologie cité par le site Vesti.ru.

«Certains corps se trouvaient dans des positions peu naturelles. Par exemple, avec les mains coincées contre leur tête. On a l'impression que ce malheureux a été enterré vivant et qu'il a tenté de se protéger le visage avant de mourir», a annoncé le directeur chargé du développement de ce fonds, Oleg Markov, dans le communiqué.

Selon les archéologues, dix corps ont pour l'instant été découverts. Leurs crânes sont très endommagés ce qui ne permet pas d'établir les causes de leur mort. Comme le souligne M.Markov, ces personnes auraient pu périr lors d'un massacre ou être victimes d'une épidémie.

«Les corps étaient entassés. Il n'y a pas d'objets funéraires traditionnels», a précisé le spécialiste.

Lire aussi:

Covid en France: le nombre journalier de contaminations et de décès en légère baisse
«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
L’Allemagne «préoccupée» par le sort de la société civile en Russie: Moscou répond
Tags:
corps humain, archéologues, charnier, fouilles, Crimée, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook