Russie
URL courte
661279
S'abonner

Le porte-parole du Président russe a expliqué à quoi faisait référence Vladimir Poutine, lorsqu’au Club de discussion Valdaï, il évoquait la possibilité d’une frappe nucléaire, le «Paradis» et «les martyrs». Selon lui, il s’agit d’une image puisque la Russie «n'attaquera jamais personne en premier».

La Russie «n'attaquera jamais personne en premier» en cas de guerre nucléaire, a assuré lundi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, en commentant les propos tenus par Vladimir Poutine dans le cadre du Club de discussion Valdaï. «Nous, en tant que victimes de l'agression, nous irons au Paradis comme les martyrs, alors qu'eux [les agresseurs, ndlr], ils crèveront tout simplement, sans même avoir eu le temps de se repentir», a alors lancé le dirigeant russe.

«Il n'était principalement pas question du Paradis, encore moins de la question de savoir où on irait après la mort. Il s'agissait — ce que beaucoup n'ont pas entendu — du fait que la Russie ne se réserve pas le droit de procéder une frappe préventive dans le cadre de sa doctrine militaire. Nous n'attaquerons jamais personne en premier», a souligné M. Peskov.

En outre, le porte-parole a précisé sous quelles conditions la Russie pourrait toutefois recourir à une frappe nucléaire:

«La première option: on nous attaquerait en utilisant des armes nucléaires. La deuxième option: on nous attaquerait et mettrait en question l'existence de notre État en tant que tel. La Russie se réserverait le droit de recourir à des armes nucléaires seulement dans ces deux cas-là.»

D'après lui, les paroles de Vladimir Poutine visaient à mettre en avant cette idée, alors que «le Paradis», «l'Enfer» et «les martyrs» n'étaient que des images.

Le chef du Kremlin a lui-même rappelé le 18 octobre que la doctrine nucléaire russe ne comprenait pas la notion de frappe préventive. Selon lui, la doctrine militaire russe avertit l'éventuel ennemi de conséquences inévitables. «L'agresseur doit être conscient que la vengeance est imminente et qu'il sera détruit dans tous les cas», a alors souligné le Président.

Donald Trump avait annoncé samedi son intention de sortir du traité, accusant Moscou de le violer et soupçonnant la Chine de développer activement des armes. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov ainsi que le signataire russe du document, Mikhaïl Gorbatchev, avaient averti Washington du danger de cette initiative, évoquant la possibilité d'une riposte.

Le conseiller du Président américain pour la sécurité nationale John Bolton est arrivé dimanche dans la capitale russe pour aborder le sujet du FNI avec les autorités russes.

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
Cette simple opération mathématique divise les internautes car deux réponses seraient correctes
Schumacher au lit: les premiers clichés du pilote depuis 6 ans auraient été pris en secret
Tags:
nucléaire, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik